Accéder au contenu principal

Vertiges

Trump Biden

Les États-Unis s’apprêtent à revivre un « match » retour redoutable à l’issue encore incertaine. Donald Trump et Joe Biden devraient, sauf coup de théâtre, se retrouver, en effet, face à face pour l’élection présidentielle de novembre 2024. Le milliardaire républicain est animé par un ardent désir de revanche – de vengeance ? – pour revenir à la Maison Blanche dont il a été chassé en 2020. Le président démocrate, qui aurait pu passer la main, brigue un second mandat pour faire barrage au butor républicain.

En 2016, lorsque Donald Trump a été élu président des États-Unis face à la favorite Hillary Clinton – à la surprise générale, y compris la sienne – nombreux étaient ceux qui pensaient qu’il ne s’agissait là que d’un accident de l’Histoire, que le trumpisme ne serait au final qu’une page à tourner et que ce « vertige » – pour reprendre le mot lâché par l’ambassadeur de France à Washington Gérard Araud le soir de l’élection – finirait par être effacé. Las ! Sept ans plus tard, le trumpisme est toujours là, plus en forme que jamais. En dépit de la kyrielle de procédures judiciaires qui lui valent des inculpations pénales, Donald Trump semble aussi inoxydable que l’est le soutien dont il bénéficie de la part de sa base électorale fanatisée. Tout – pour l’heure – semble glisser sur lui et même les bons résultats économiques engrangés par Joe Biden ne semblent pas lui faire obstacle.

Donald Trump, dont chaque apparition devant les tribunaux est l’occasion de se dire victime d’une « cabale » et d’appeler aux dons pour sa campagne, entend bien coûte que coûte laver l’affront de sa défaite de 2020, ou plutôt, selon lui, de cette élection qu’on lui a volée. Une fake news, un mensonge éhonté répété perpétuellement depuis trois ans, relayé par les médias conservateurs mais aussi les ténors du parti républicain. Car en dépit de ses affaires et de son implication dans la tentative de coup d’État provoquée par ses partisans le 6 janvier 2021 au Capitole pour renverser l’élection de Biden, Trump a verrouillé le parti, empêchant toute voix discordante ou même nuancée. Même ses deux rivaux pour la primaire républicaine dont il snobe les débats télévisés, Ron DeSantis et Nikky Haley, n’osent pas frontalement s’attaquer à lui.

Cette emprise de l’ancien président sur son parti démontre en tout cas combien son élection pourrait s’avérer dangereuse pour la démocratie américaine. Car si, en 2016, il découvrait l’exercice du pouvoir de façon chaotique en même temps que la solidité des institutions face à ses décisions erratiques, cette fois, Donald Trump et ses équipes sont beaucoup plus organisés et préparent une grande chasse aux sorcières dans l’appareil d’État visant tous ceux qui ne l’ont pas soutenu. Un avant-goût de cette mise au pas a déjà été observé avec les décisions de la Cour suprême – dont trois juges ont été nommés par Trump. La spectaculaire remise en cause du droit à l’avortement a ainsi donné le ton de l’orientation qui serait celle d’un deuxième mandat Trump pour les libertés publiques et la démocratie américaine.

Une sombre dystopie totalitaire qui défigurerait les États-Unis tels que voulus par leurs pères fondateurs. Un vertige…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 décembre 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a