Accéder au contenu principal

Images d'Epinal

coq

Le chant matinal d’un coq, l’odeur de fumier, des cloches qui sonnent, un tracteur qui circule entre une ferme et son champ, des troupeaux qui se déplacent… Autant de sons et de senteurs qui font le charme de la vie à la campagne, mais pour certains néoruraux ces éléments du patrimoine rural sont devenus des nuisances insupportables, au point de les pousser à saisir la justice pour faire cesser ces « troubles anormaux du voisinage ».

Ainsi, ces dernières années, on a vu se multiplier des procès intentés par certains ex-citadins qui viennent de s’installer au vert contre des agriculteurs, des éleveurs voire des maires. Des procès souvent absurdes, parfois ubuesques. On se souvient de l’affaire du coq Maurice, sur l’île d’Oléron, qui avait passionné la presse internationale. Le coq – que la justice avait autorisé à continuer à chanter – était devenu le symbole du monde rural et du décalage qui peut exister entre les attentes des néoruraux, qui ont parfois de la campagne une image idyllique de carte postale, et la réalité du monde rural.

Ces nombreux procès – 490 dossiers d’agriculteurs sont actuellement en procédure avec leurs voisins pour troubles anormaux de voisinage selon la FNSEA – ont été fustigés par le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti car ils font perdre du temps à la justice. Ils sont d’autant plus problématiques qu’ils visent souvent des activités essentielles à la vie – la survie même – et au développement des territoires ruraux. L’agriculture, l’élevage, l’artisanat, la culture au sens large, le tourisme… : autant de secteurs qui font vivre des milliers de personnes, qui entretiennent le paysage, qui préservent la biodiversité, qui perpétuent, aussi, des traditions.

Ces activités sont aussi sources de fierté et d’identité pour les habitants des campagnes. C’est d’ailleurs avec la volonté de définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises qu’une loi – dite du coq Maurice ! – a été adoptée en janvier 2021. Mais l’inventaire régional de ce patrimoine-là étant complexe et ayant pris du retard, une nouvelle proposition de loi arrive ce lundi à l’Assemblée pour mieux protéger les ruraux de poursuites abusives en modifiant le Code civil qui n’a sur ce point pas bougé depuis 1804. « Cette proposition de loi permet de poser les conditions d’un vivre ensemble équilibré » assure la députée Nicole Le Peih qui devrait réunir une large majorité de ses collègues sur ce texte et réjouir les agriculteurs et les maires.

À ce tableau, il faut toutefois ajouter deux nuances de taille. La modification de la loi n’est pas un chèque en blanc pour faire tout et n’importe quoi. À la campagne comme en ville la loi s’applique pareillement et les agriculteurs ou éleveurs qui prennent trop de libertés en ne se souciant pas de leur voisinage pourront toujours être poursuivis et sanctionnés. Ensuite, au-delà des procès médiatiques et rocambolesques, la cohabitation entre néoruraux et campagnards de toujours se passe très bien la plupart du temps. Les nouveaux venus, souvent jeunes, redynamisent des villages, leurs enfants pérennisent leurs écoles et ils apportent bien souvent de l’air frais, des idées neuves, des projets culturels et économiques pour valoriser leur nouvelle terre d’adoption.

S’il convient de sortir de l’image d’Épinal d’une campagne fantasmée et silencieuse, il faut donc aussi sortir de celle où citadins et ruraux ne pourraient pas s’entendre. Car rien n’est plus faux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Dimanche du dimanche 3 décembre 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a