Accéder au contenu principal

Désamorcer la bombe

immobilier

La crise du logement va-t-elle – enfin – devenir un sujet politique majeur en France comme elle l’est aux Pays-Bas qui viennent de porter en tête de leurs élections législatives le Parti pour la liberté (PVV), la formation d’extrême droite de Geert Wilders ? La question du logement était, en effet, devenue le principal sujet électoral du scrutin hollandais, et les promesses de nouvelles constructions figuraient en bonne place dans les programmes des partis politiques. C’est que le pays de moins de 18 millions d’habitants est confronté à une pénurie d’environ 400 000 logements. Un déficit qui impacte plus durement les étudiants, certains étant contraints de squatter ou de vivre dans des campings ou des auberges…

L’exemple danois devrait faire réfléchir en France où l’immobilier semble s’enliser dans la crise à tous les niveaux sans que l’on voit advenir une réponse massive du gouvernement. La spirale paraît infernale. La hausse des taux d’intérêt et la frilosité des banques à accorder des prêts empêchent beaucoup de Français d’acheter un logement, neuf ou ancien. La FNAIM s’alarme d’ailleurs face à « la plus forte baisse des ventes sur un an jamais observée depuis plus de 50 ans ». Restant locataires de leur logement, ils engorgent un marché de la location où très peu de logements se libèrent voire saturent des hébergements d’urgence.

À l’autre bout de la chaîne, le nombre de logements en construction et le nombre de permis de construire sont en chute libre, et le secteur du BTP fait de plus face à l’inflation des coûts des matériaux. Entre les deux, certains propriétaires finissent par se séparer de leurs biens locatifs en raison d’une réglementation trop contraignante, notamment concernant l’interdiction de la location des passoires thermiques, ce qui fait mécaniquement augmenter la pénurie d’appartements à louer.

Ce cercle vicieux commence à inquiéter certains responsables politiques. Olivier Klein, l’ancien ministre délégué chargé de la Ville et du Logement, qui a piloté le lancement en novembre 2022 du Conseil national de la rénovation (CNR) dédié au logement, avait évoqué « un risque de bombe sociale ». L’ancien Premier ministre Édouard Philippe avait repris les mêmes termes début octobre lors de l’Université de rentrée du MoDem, mettant en garde contre la « bombe sociale » et « urbaine » que constitue à ses yeux la pénurie de logements, « un des éléments de la crise démocratique que nous vivons », selon lui.

Enfin, dimanche dernier dans la Tribune, l’ancien président de l’Assemblée nationale François de Rugy estimait que « le gouvernement répète les mêmes erreurs ». Fustigeant « la passivité » de certains responsables politiques qui attendraient d’hypothétiques jours meilleurs et Bercy qui « cherche à faire des économies […] sur les dépenses en faveur du logement », l’ancien ministre considère « qu’il est temps de prendre la pleine mesure du problème du logement en France. »

Depuis 2017, le logement a été l’angle mort du macronisme et ce n’est que l’an dernier qu’Elisabeth Borne, nourrie des débats du CNR, a lancé un plan d’action, tardif et jugé insuffisant par les professionnels. Pour désamorcer la bombe sociale et ses conséquences politiques, il faut d’évidence aller plus loin.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 4 décembre 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a