Accéder au contenu principal

Responsabilité

insulte

S’il y a bien un mot dont raffolent les hommes et femmes politiques c’est bien celui de responsabilité. Être en responsabilité lorsque l’on appartient à l’exécutif. Prendre ses responsabilités sur un vote, une position, une proposition. En appeler à la responsabilité des Français. Considérer que tel adversaire est devant ses responsabilités. Mais à force de l’utiliser à tout bout de champ, de s’en gargariser à longueur de discours, on a parfois l’impression que ce mot a été vidé de tout son sens par la classe politique qui manque, pour le coup, cruellement de responsabilité dans la conduite du débat public.

Entendre Gérard Larcher, président du Sénat qu’on a connu plus policé, troisième personnage de l’État, lancer « ferme ta gueule » à Jean-Luc Mélenchon en dit long sur l’état de déréliction de notre démocratie. Une démocratie où l’insulte remplace désormais l’argument, où l’invective se substitue au propos construit, où la petite phrase, si possible blessante, l'emporte sur la formule claire, où l’inflexibilité des affirmations succède au sens de la nuance, où la conflictualisation permanente prend le pas sur la recherche du consensus, où les faits alternatifs voire complotistes supplantent les faits avérés, où un tweet de 280 caractères subroge une réflexion construite.

Bien sûr les insultes, les invectives, les mots crus, ont toujours émaillé la vie politique française et ceux qui se sont offusqué des débats houleux à l’Assemblée ces derniers mois oublient vite – ou méconnaissent – combien les débats pouvaient être violents – y compris physiquement – sous la IIIe République. Bien sûr certains hommes politiques – et particulièrement ceux qui sont diplômés des écoles les plus prestigieuses du pays – ont toujours pensé à tort être proches du peuple en employant au mieux la langue de tous les jours ou des expressions désuètes, au pire des propos vulgaires qui massacrent syntaxe et conjugaison. Bien sûr, il serait dérisoire d’imaginer une vie politique aseptisée là où elle est souvent passion et engagement entier.

Pour autant, en cédant à ce point à la facilité de l’insulte, on finit par abîmer la démocratie même. Faute de dialogue, la polarisation s’accentue, faute de pouvoir se parler, les positions deviennent de plus en plus irréconciliables, hermétiques à toute nuance, à tout constat partagé, à tout échange. Ce glissement dangereux s’est déjà opéré dans plusieurs pays à commencer par les États-Unis. L’irruption de Trump en 2016 a donné à voir que la violence verbale, l’outrance, savamment orchestrées et entretenues par ce que Giovanni di Empoli appelle « Les ingénieurs du chaos » pouvaient être gagnantes.

Car derrière le folklore populiste qui prête parfois à sourire se cache le travail de spin-doctors, d’idéologues, d’experts des réseaux sociaux, de médias avides de buzz avec un agenda idéologique ultraconservateur clair, sans lesquels ces personnages ne seraient jamais parvenus au pouvoir. Et tout cela s’est passé avant l’arrivée de l’intelligence artificielle capable de fabriquer de fausses images, de fausses déclarations trompeuses...

Alors, avant que la France ne bascule dans cette réalité – ce cauchemar – on a envie de dire aux hommes et femmes politiques qui veulent céder à l’insulte, de résister à cette tentation et d’être, enfin, responsables.

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a