Accéder au contenu principal

"Arnacoeurs"

cyberarnaque

Ils se font appeler Kevin, Sonia, Marc ou Patricia. Ils vous contactent sur les réseaux sociaux, les sites de rencontre ou par courriel. Ils vous séduisent, vous font des déclarations enflammées, vous promettent le grand amour. Mais derrière ces faux profils se cachent des cybercriminels qui n’ont qu’un seul but : vous soutirer de l’argent. Ces arnaqueurs sont connus sous le nom de « brouteurs », un terme qui vient de l’argot ivoirien et qui désigne des « moutons qui se nourrissent sans effort » et sont principalement originaires d’Afrique de l’Ouest. Ils opèrent depuis des cybercafés, où ils passent des heures à repérer leurs victimes potentielles, souvent des personnes âgées, isolées ou fragiles.

Leur mode opératoire est bien rodé. Ils utilisent des photos volées sur internet pour se créer de fausses identités et entamer une relation virtuelle avec leur cible, en lui envoyant des messages romantiques, des poèmes, des photos, des vidéos. Une fois la confiance gagnée et la dépendance affective installée, l’implacable mécanique de l’arnaque démarre. Les « brouteurs » inventent un prétexte pour demander de l’argent (problème de santé, héritage bloqué, dette à rembourser…) et réclament à leur victime de leur envoyer des coupons PCS, ces cartes prépayées qui permettent de transférer de l’argent sans laisser de trace. Puis la demande se fait menace et chantage.

Le phénomène, qui remonte aux années 2000 avec l’arrivée d’Internet, est devenu alarmant. Selon la plateforme Cybermalveillance, les arnaques aux sentiments représentent 23 % des signalements reçus en 2023, contre 13 % en 2022. Le préjudice moyen s’élève à 15 000 euros par victime, mais il peut atteindre jusqu’à 100 000 euros dans certains cas. Les conséquences de ces arnaques aux sentiments sont évidemment dévastatrices pour les victimes puisque non seulement elles subissent des pertes financières importantes, mais elles sont également profondément affectées sur le plan émotionnel, certaines sombrant dans une vraie détresse psychologique.

Face à cette menace qui nuit par ailleurs à l’image des pays africains d’où partent ces arnaques, les autorités se mobilisent. En France, la police judiciaire dispose d’une division spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité, qui traque les brouteurs et coopère avec les pays d’origine, dont certains manquent toutefois d’entrain. En Côte d’Ivoire, épicentre des arnaques francophones, une loi a été adoptée il y a déjà 10 ans pour sanctionner les cyberescrocs, qui risquent jusqu’à 20 ans de prison et 10 millions de francs CFA d’amende.

Mais la meilleure arme reste évidemment la prévention de tous côtés. Il faut sensibiliser les internautes aux risques du « broutage », leur apprendre à reconnaître les signes d’une arnaque et à vérifier l’identité de leur interlocuteur, à ne jamais envoyer d’argent à un inconnu et à les encourager à signaler toute tentative d’escroquerie, à porter plainte le cas échéant. Cette prévention doit aussi se faire dans les pays africains car leur population aussi est victime de ces escroqueries en ligne.


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a