Accéder au contenu principal

Ruralités

campagne

En lançant une liste pour les prochaines élections européennes de juin, le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, vise moins l’envie de siéger au Parlement européen que de profiter de l’intérêt médiatique que cette initiative va susciter pour mettre en avant les idées qu’il porte avec fracas dans le débat public en France. L’intéressé l’admet d’ailleurs volontiers, cette liste éphémère, qui convoque le souvenir de celles portées jadis par le mouvement Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), n’a pas vocation à s’installer dans la durée mais est juste là pour porter « des valeurs françaises » conservatrices, dénoncer les normes européennes pourtant démocratiquement adoptées par 27 pays membres très différents, et fustiger les écologistes et les défenseurs de la cause animale.

Willy Schraen et ses amis – au premier rang desquels le lobbyiste de la chasse proche d’Emmanuel Macron Thierry Costes, « tombeur » de Nicolas Hulot – ont parfaitement le droit de monter cette liste « apolitique », quand bien même est-elle de témoignage au vu du score lilliputien que lui promettent les sondages. On peut même considérer que toutes les « petites » listes qui seront sur la ligne de départ pour les européennes contribuent à nourrir le débat en y apportant des thématiques qui leur sont chères et, ce faisant, contribuent à la vitalité de notre démocratie qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ce n’est pas rien.

Le problème tient davantage au positionnement de la liste de l’Alliance rurale qui s’autoproclame comme la seule vraie défenseure de la ruralité et des campagnes, qui seraient frontalement opposées aux villes. Évidemment rien n’est plus faux car cette liste défend une partie seulement de la ruralité, applique aux campagnes sa grille de lecture idéologique – conservatrice en l’espèce, voire réactionnaire – et propose des solutions qui se situent à droite voire à l’extrême droite de l’échiquier politique puisque M. Schraen considère qu’il y a « de bonnes choses » chez le Rassemblement national sur les platebandes duquel il espère empiéter.

La vérité est qu’il n’y a pas une ruralité mais des ruralités comme l’a d’ailleurs reconnu l’Insee en 2021 en décidant d’en changer la définition pour mieux rendre compte des réalités des territoires et de leurs transformations. Ainsi, le statisticien national a défini quatre types de territoires ruraux en fonction de leur densité de population et de leur proximité avec un pôle urbain. Cette classification permet ainsi de déterminer les communes où la population stagne et celles qui attirent des populations plus jeunes et dont la dynamique dépasse celle des communes urbaines.

Cette nouvelle classification doit permettre aux pouvoirs publics de mieux définir leurs politiques et de répondre à ce que Willy Schraen et d’autres soulignent à raison : les difficultés qui persistent dans trop de territoires et le malaise qui s’ensuit. Que ce soient les agriculteurs qui ont manifesté récemment, les patients qui se désespèrent d’être dans un désert médical, les habitants qui n’ont d’autres choix que d’utiliser leur voiture faute de disposer de moyens de transport en commun suffisants et efficaces, ou encore les citoyens qui subissent la fracture numérique et la déréliction des services publics : les problèmes sont nombreux. Les ruraux ne demandent pas de privilèges mais l’équité, ils ne demandent pas des lois d’exception mais de ne pas être considérés comme des citoyens de seconde zone, ils ne veulent pas essuyer le mépris de quelques technocrates à Paris ou Bruxelles mais savoir qu’on leur fait confiance.

Car les campagnes, par leur dynamisme, leurs initiatives, leur qualité de vie et leur résilience, sont une chance pour le pays et participent de notre modèle français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 25 décembre  2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a