Accéder au contenu principal

En marge

Alex

L’histoire Alex Batty est encore loin d’être terminée et les zones d’ombre sont nombreuses, notamment sur les jours qui ont précédé la découverte en pleine nuit le long d’une route de Haute-Garonne de cet adolescent anglais de 17 ans disparu depuis six ans. Le jeune homme n’a, semble-t-il, livré qu’une partie de la vérité à la police, omettant dans le récit de son retour à la société le rôle de sa mère et de son grand-père, qui sont tous les deux introuvables. Le jeune Alex, qui a rejoint samedi dernier sa grand-mère Susan Caruana à Oldham, dans le Grand Manchester, devait être interrogé cette semaine par la police britannique qui n’a jamais clôturé l’enquête.

Au-delà, les enquêteurs britanniques vont devoir remonter le fil de six années durant lesquelles le garçon est passé de l’enfance à l’adolescence. Un univers en marge de la société dont il faudra déterminer s’il était soumis à l’emprise de tel ou tel mouvement spirituel, ésotérique ou sectaire.

Vivre en marge de la société, du système n’est évidemment pas illégal. La déconnexion d’un monde contemporain qu’on juge trop violent, trop consumériste, trop individualiste ou trop oppressant peut conduire certains d’entre nous à envisager de sortir de la société pour vivre autrement, à s’isoler pour se retrouver seul ou à plusieurs pour fonder de nouveaux modes d’organisation. Dans le premier cas, les exemples ne manquent pas et on se souvient dans la région de l’affaire Xavier Fortin, qui s’était caché pendant onze ans avec ses deux fils dans le Couserans ariégeois, ou encore d’Alexandre Grothendieck, le génial mathématicien qui s’était retiré à Lasserre, en Ariège, pour y vivre en quasi-ermite. Dans le second cas, on ne compte plus, la encore, les communautés de personnes de tous horizons qui, depuis les années 60, veulent vivre autrement, différemment et qui se heurtent tantôt à l’incompréhension des habitants des campagnes – ou des villes – dans lesquelles elles s’installent, tantôt à l’administration qui a le devoir de procéder à des vérifications.

Car la vie en marge n’est pas toujours choisie, elle est parfois imposée. Imposée par les parents à leur progéniture qui se voit ainsi voler son enfance ; imposée à des adultes par d’autres adultes sans scrupule qui profitent de leur fragilité physique et psychologique. Ces phénomènes d’emprise ne sont certes pas nouveaux, mais depuis l’émergence d’internet et la pandémie de Covid-19, ils se sont diversifiés et multipliés. Et ils ont atteint des niveaux inquiétants qui ont conduit la Miviludes à présenter le mois dernier une « Stratégie nationale de lutte contre les dérives sectaires. »

Ces dérives-là, qui brisent les familles, doivent être combattues avec la même énergie que celle que la loi doit mettre pour garantir à chacun le libre arbitre de vivre autrement.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 décembre 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a