Accéder au contenu principal

Du choc au sursaut

ecole

À quoi reconnaît-on un ministre « politique » ? À sa capacité à maîtriser sa communication en toutes circonstances et à savoir rebondir sur une actualité qui lui est a priori défavorable en allumant les contre-feux nécessaires. Depuis cet été Gabriel Attal, à la tête du ministère de l’Éducation nationale, répond parfaitement à la définition du ministre « politique ». L’ambitieux trentenaire s’est ainsi très vite hissé au sommet des palmarès de popularité des instituts de sondage en tranchant sur l’interdiction de l’abaya – là où la prudence de son prédécesseur, Pap Ndiaye, apparaissait comme un défaut –, en se mobilisant sur le harcèlement scolaire qu’il a intimement vécu, ou en lançant habilement des ballons d’essais sur l’uniforme à l’école ou les groupes de niveau au collège, le tout entre ménagement des syndicats enseignants essorés par la gestion de Jean-Michel Blanquer et œillades à la droite et ses marottes.

Ce savoir-faire s’est encore manifesté hier avec une kyrielle de mesures censées créer un « choc des savoirs » et « élever le niveau de notre école », présentées opportunément le jour même où l’OCDE publiait sa vaste enquête PISA montrant une « baisse inédite » des performances des élèves dans 81 pays dont la France, où l’effondrement du niveau est aussi patent qu’inquiétant, notamment en mathématiques. La moyenne de la France dans cette matière, restée stable entre 2006 et 2018, a, en effet, baissé de 21 points et est la plus basse jamais mesurée depuis 2000 ! Notre pays reste dans la moyenne des 38 pays de l’OCDE mais se classe 22e en maths, 24e en compréhension de l’écrit et 22e en sciences. Terrible pour la 7e puissance mondiale…

Pour ne pas laisser le choc des données PISA infuser dans le débat public et inquiéter enseignants comme parents d’élèves, Gabriel Attal a donc voulu montrer qu’il appréhendait bien les problèmes et entendait agir en évitant tout déni. « Les résultats de PISA sont très clairs : oui, il y a un problème au collège et notamment en mathématiques », a reconnu le ministre, qui avait déjà pris la mesure de la situation avec les évaluations de son ministère, et qui a hier appelé à un « sursaut ». Nouvelle épreuve de mathématiques en première, brevet indispensable pour le passage au lycée, changement des règles pour le redoublement, nouveaux programmes en primaire et recours à la méthode de Singapour qui permet à la cité-Etat d’être sans cesse n° 1 au classement PISA, mise en place de groupes de niveau au collège, outil d’intelligence artificielle en seconde, etc. N’en jetez plus ! Tant de chantiers donnent le tournis. « École, collège, lycée : mon souhait est bien de remettre de l’exigence à tous les étages. Avec la science et le bon sens comme boussole », a martelé hier le ministre au milieu des livres dU CDI d’un collège parisien.

Ce branle-bas de combat est, d’évidence, absolument nécessaire et urgent pour freiner la dégradation du niveau des élèves français, mais sera-t-il suffisant ? Ainsi la multiplicité des chantiers annoncés ne couvre pas complètement les problèmes que remontent depuis des mois les syndicats sur la pénurie d’enseignants, les classes surchargées, la mixité scolaire et leur mise en œuvre sera complexe. Plus que de moyens – le Budget 2024 de l’Éducation nationale est de 63,6 milliards d’euros – ou d’effets de communication usés et déjà vus, c’est de cohérence et d’efficacité dont Gabriel Attal va devoir faire preuve s’il veut laisser sa trace rue de Grenelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 6 janvier 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a