Accéder au contenu principal

Solidarité

 

senior

C’est une petite musique que l’on entend depuis quelque temps maintenant. Dans la sortie de la crise sanitaire, qui a durement éprouvé les Français et particulièrement la jeunesse, il faudrait mettre davantage à contribution les retraités. Ces seniors dont le niveau de vie moyen serait très – trop ? – confortable par rapport au reste de la population active ; ces aînés pour la santé desquels le pays s’est confiné trois fois ; ces vieux qui profiteraient de leur retraite pour passer des mois sous le soleil en voyage ou dans leur résidence secondaire ; ces personnes âgées pour lesquelles on aurait finalement sacrifié les jeunes.

Ces thèses, qui agitent les réseaux sociaux, se sont retrouvées dans la tribune que le philosophe libéral Gaspard Koenig a signée dans Les Echos le 20 janvier. "Vies prolongées contre vies gâchées : le vrai dilemme de la lutte anti-Covid", écrivait l’ancienne plume de Christine Lagarde. "Années gagnées sur la mort contre années perdues pour la vie : c’est en ces termes que devrait être posé le débat sur le confinement général. Les joyeux teufeurs de Woodstock font aujourd’hui partie des personnes à risque que nous protégeons en sacrifiant nos existences quotidiennes. Que cela dit-il de notre société ?" s’interrogeait Gaspard Koenig.

Plus récemment, c’est un tract de campagne pour les régionales en Île-de-France du candidat EELV Julien Bayou qui s’en prenait aux "Boomers", les Français nés durant le baby-boom d’après-Guerre. En surimpression d’une photo de seniors bronzés et tout sourire, le visuel proclamait "Les boomers, eux, ont prévu d’aller voter", sous-entendant que ces derniers qui ont eu la belle vie ne voteraient aux élections que pour défendre uniquement leurs intérêts…

Ces analyses, ces positions, qui ne sont ni plus ni moins que de l’âgisme – discrimination aussi répandue que silencieuse –, ne résistent pourtant pas à la réalité de la situation des retraités ni à l’analyse de leur pouvoir d’achat réel. Faut-il rappeler qu’un senior sur deux déclare être en difficulté financière en dépit des diverses aides de l’Etat et des collectivités ? Faut-il rappeler aussi que les retraités sont des consommateurs, qu’ils s’impliquent dans la vie de la cité au sein d’une myriade d’associations, qu’ils aident autant qu’ils le peuvent, matériellement ou financièrement, leurs enfants et petits enfants ? Bref, que jusqu’au bout de leur vie, ils restent acteurs, actifs et surtout citoyens ?

Dresser les vieux contre les jeunes, favoriser les uns par rapport aux autres dans une sorte de guerre intergénérationnelle ne fera ni avancer le pays, ni ne réglera les problèmes économiques, en l’occurrence ceux du pouvoir d’achat global des Français. Les tenants du chacun pour soi libéral feraient bien d’y réfléchir, car eux aussi seront vieux un jour. Et ils seront sans doute heureux que la France soit restée fidèle à l’idée d’une société où la solidarité ne soit pas un vain mot.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 2 mai 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en