Accéder au contenu principal

Solidarité

 

senior

C’est une petite musique que l’on entend depuis quelque temps maintenant. Dans la sortie de la crise sanitaire, qui a durement éprouvé les Français et particulièrement la jeunesse, il faudrait mettre davantage à contribution les retraités. Ces seniors dont le niveau de vie moyen serait très – trop ? – confortable par rapport au reste de la population active ; ces aînés pour la santé desquels le pays s’est confiné trois fois ; ces vieux qui profiteraient de leur retraite pour passer des mois sous le soleil en voyage ou dans leur résidence secondaire ; ces personnes âgées pour lesquelles on aurait finalement sacrifié les jeunes.

Ces thèses, qui agitent les réseaux sociaux, se sont retrouvées dans la tribune que le philosophe libéral Gaspard Koenig a signée dans Les Echos le 20 janvier. "Vies prolongées contre vies gâchées : le vrai dilemme de la lutte anti-Covid", écrivait l’ancienne plume de Christine Lagarde. "Années gagnées sur la mort contre années perdues pour la vie : c’est en ces termes que devrait être posé le débat sur le confinement général. Les joyeux teufeurs de Woodstock font aujourd’hui partie des personnes à risque que nous protégeons en sacrifiant nos existences quotidiennes. Que cela dit-il de notre société ?" s’interrogeait Gaspard Koenig.

Plus récemment, c’est un tract de campagne pour les régionales en Île-de-France du candidat EELV Julien Bayou qui s’en prenait aux "Boomers", les Français nés durant le baby-boom d’après-Guerre. En surimpression d’une photo de seniors bronzés et tout sourire, le visuel proclamait "Les boomers, eux, ont prévu d’aller voter", sous-entendant que ces derniers qui ont eu la belle vie ne voteraient aux élections que pour défendre uniquement leurs intérêts…

Ces analyses, ces positions, qui ne sont ni plus ni moins que de l’âgisme – discrimination aussi répandue que silencieuse –, ne résistent pourtant pas à la réalité de la situation des retraités ni à l’analyse de leur pouvoir d’achat réel. Faut-il rappeler qu’un senior sur deux déclare être en difficulté financière en dépit des diverses aides de l’Etat et des collectivités ? Faut-il rappeler aussi que les retraités sont des consommateurs, qu’ils s’impliquent dans la vie de la cité au sein d’une myriade d’associations, qu’ils aident autant qu’ils le peuvent, matériellement ou financièrement, leurs enfants et petits enfants ? Bref, que jusqu’au bout de leur vie, ils restent acteurs, actifs et surtout citoyens ?

Dresser les vieux contre les jeunes, favoriser les uns par rapport aux autres dans une sorte de guerre intergénérationnelle ne fera ni avancer le pays, ni ne réglera les problèmes économiques, en l’occurrence ceux du pouvoir d’achat global des Français. Les tenants du chacun pour soi libéral feraient bien d’y réfléchir, car eux aussi seront vieux un jour. Et ils seront sans doute heureux que la France soit restée fidèle à l’idée d’une société où la solidarité ne soit pas un vain mot.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 2 mai 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à