Accéder au contenu principal

Impasse

 

ours

Le 19 mai prochain, cela fera vingt-cinq ans que l’ourse slovène Ziva a été amenée devant les caméras dans les Pyrénées, sur la commune de Melles, en Haute-Garonne. Le 19 mai 1996, il s’agissait là du premier lâcher organisé dans le cadre d’un plan de réintroduction européen pour sauver l’ours brun, dont on ne comptait alors les représentants que sur les doigts des deux mains. Entre les éleveurs opposés à l’ours et les associations environnementales, le dialogue a très vite viré à la foire d’empoigne et aux caricatures. Bobos écolos contre paysans butés, défenseurs de la biodiversité contre partisans d’un maintien d’une activité pastorale ancestrale. Et gare à celui qui tardait à choisir son camp. Face à face, deux logiques, deux visions irréconciliables.

Ving-cinq ans plus tard il serait faux de dire que l’on en est au même point. La population d’ursidés a considérablement augmenté, l’image de l’ours et son impact touristique sont désormais consubstantiels aux Pyrénées. Et de l’autre côté les éleveurs se sont mieux organisés pour valoriser leur production, obtenir des labels de qualité qui font, là aussi, incontestablement, la marque et la fierté des Pyrénées.

Mais les deux camps se regardent toujours en chiens de faïence, prêts à rugir lorsqu’un ours est retrouvé mort ou des troupeaux attaqués, précipitant dès lors les gouvernements dans des abîmes de perplexité lorsqu’il s’agit de poursuivre le programme de réintroduction dans lequel la France s’est engagée.

L’ours des Pyrénées reste un dossier miné où la nuance peine à trouver sa place et où la cohabitation apaisée entre l’ours et l’homme – celle-là même qui marche si bien en Slovénie – paraît impossible en France.

Alors lorsqu’un nouveau Projet européen Life de protection de l’ours des Pyrénées est en approche pour être lancé en septembre prochain sur six ans, les esprits s’échauffent à nouveau et le bras de fer entre pro et anti repart de plus belle. Le plan, qui prévoit 8 millions d’euros, financés à 75 % par l’Europe, paraît pourtant équilibré : pérenniser une population viable d’ours bruns d’un côté, améliorer des corridors écologiques et les moyens de protection des troupeaux de l’autre, avec au centre la création d’un Centre de ressources sur l’ours et le lancement d’une médiation territoriale. Parviendra-t-elle à sortir de l’impasse ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 17 mai 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan