Accéder au contenu principal

Contre la montre

vaccin

 

Que ce soit pour honorer l’engagement – éminemment politique et personnel – d’atteindre mi-mai, soit dans moins de dix jours – 20 millions de Français ayant reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19. Que ce soit pour répondre aux demandes venant de plus en plus de Français hors critères désireux de se faire vacciner, dont certains font la queue devant les centres de vaccination en quête de doses non-utilisées en fin de journée. Que ce soit, enfin, pour atteindre le plus vite possible cette immunité collective, véritable sésame pour un retour à la vie d’avant, dont le taux est sans cesse repoussé par la virulence des variants – on parle désormais de la nécessité d’avoir 80 % de la population vaccinée.

Peu importe finalement la raison pour laquelle Emmanuel Macron a décidé, hier, d’accélérer une nouvelle fois le calendrier de la vaccination française en l’ouvrant aux mineurs à risques de 16 et 17 ans, puis dès lundi aux Français de plus de 50 ans et enfin dès mercredi à tout le monde, quel que soit son âge pour peu qu’il reste des doses. Le président de la République a eu évidemment raison d’élargir la vaccination à de nouveaux publics même si l’on n’est pas encore à la vaccination pour tous.

L’urgence sanitaire le commandait d’autant plus qu’à moins de deux semaines du déconfinement avec la réouverture des terrasses et des lieux culturels et sportifs, le niveau de l’épidémie en France est très élevé, beaucoup plus qu’à la sortie du premier confinement. Dès lors, pour éviter un rebond de l’épidémie et anticiper la 4e vague à laquelle s’attendent les épidémiologistes entre l’été et l’automne, la vaccination est un outil crucial, d’autant plus que les beaux jours de l’été conduisent, on le sait, à un relâchement des gestes barrières.

Cette course à la vaccination dans laquelle nous sommes engagés, avec toutes les difficultés logistiques et de livraison de doses que nous connaissons, ne doit pas aussi nous détourner de sa dimension internationale. L’éradication de l’épidémie ne pourra se faire, en effet, qu’avec une vaccination mondiale massive. Force est de constater que pour l’heure, seule une poignée de pays vaccine leur population. Un égoïsme, dénoncé par l’OMS, qui pourrait toutefois changer avec la levée des brevets sur les vaccins. L’ironie aura été que ce sont les Etats-Unis – qui n’ont exporté que 1,6% des doses produites  sur leur sol contre 50% pour l’Europe – qui en soient aujourd’hui les ardents défenseurs. L’Europe devrait suivre pour faire des vaccins un bien commun mondial contre un cette terrible maladie mondiale qui a fait 3,2 millions de morts.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 7 mai 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en