Accéder au contenu principal

La poutre travaille...

 

lesRépublicains

"La poutre travaille encore, laissons-la travailler. Laisser travailler la poutre, c’est bien souvent le moyen de ne pas l’avoir dans l’œil." La métaphore un rien obscure qu’avait utilisée Edouard Philippe le 18 novembre 2017 devant les cadres de La République en Marche pour évoquer la recomposition du paysage politique "loin d’être achevée" cinq mois après l’élection à l’Elysée d’Emmanuel Macron, semble être toujours d’actualité. Alors que certains pensaient que le big bang dégagiste du Nouveau monde était derrière eux, crise du Covid oblige, force est de constater qu’à un an de la présidentielle, il n’a jamais été autant d’actualité et que la "poutre" continue bel et bien de travailler, au détriment de la droite.

Le retrait de la liste LREM aux régionales en Région Sud au profit du LR Renaud Muselier, annoncé par Jean Castex lui-même – donc avec l’onction de l’Elysée – est assurément un sacré coup de Jarnac du Président, passé maître dans l’art de la triangulation. Au vu de la zizanie que cette décision vient de semer chez les Républicains et des réactions outragées des barons du parti le coup est plutôt réussi. D’autant plus que le cas d’école en PACA pourrait se reproduire dans plusieurs autres régions.

Reste que ce fin coup de stratégie politique pourrait avoir, tel un boomerang, des conséquences ravageuses sur l’avenir. Pour la majorité présidentielle, il s’agit là certes d’une bonne opération, mais qui ne peut masquer une terrible faiblesse : comme pour les municipales, LREM est incapable de partir seule à la conquête d’une région. Autrement dit, depuis 2017, le parti n’a pas su structurer son ancrage local. Problématique à un an de la présidentielle.

De leur côté, les Républicains, privés d’un leader charismatique présidentiable, seul à même de fédérer les chapelles au nom du culte du chef, se retrouvent affaiblis comme jamais, écartelés entre ceux qui sont tentés de rejoindre le Rassemblement national ou Debout la France, et ceux qui se reconnaissent dans le centre droit qu’incarne le macronisme, dont la plupart des ministres de poids viennent des propres rangs de LR et qui siphonne chaque jour un peu plus une large partie de l’électorat de la droite…

À l’instar du PS en 2017, Les Républicains, piégés par le chef de l’Etat dans leurs propres contradictions, se retrouvent ainsi fracturés et menacés comme la gauche sinon de disparition du moins de marginalisation. Le manque de travail idéologique et programmatique depuis 2017 les empêche aujourd’hui de plus en plus d’apparaître comme la force d’alternance à Emmanuel Macron, qui se rêve seul face aux extrêmes.

Dans ce contexte, le Rassemblement national boit du petit-lait et comme il avait jadis imaginé la pseudo-collusion "UMPS" entre l’UMP et le PS, le voilà qui glose depuis dimanche sur "les Républicains en marche…", préparant d’évidence un peu plus le duel Macron-Le Pen que prédisent les sondages mais dont les Français ne veulent pas.

La poutre travaille, certes, mais chacun devrait prendre garde que la charpente de notre démocratie ne s’effondre…

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à