Accéder au contenu principal

Un tournant

CICR

Les images émouvantes des premières libérations d’otages israéliens détenus depuis le 7 octobre par le Hamas, apportent un immense soulagement pour leurs familles et leurs proches qui attendaient ardemment ce moment, mais aussi pour le monde. Car de nombreux pays ont, à un moment de leur histoire, été suspendus au destin d’un ou plusieurs otages. En France, chacun se rappelle des libérations des journalistes Philippe Rochot, Jean-Louis Normandin, Georges Hansen et Aurel Cornea, de Marcel Carton et Marcel Fontaine, Jean-Paul Kauffmann, Florence Aubenas, Sophie Pétronin ou Olivier Dubois. … L’insoutenable attente, la mobilisation de l’opinion, le retour en France sur le tarmac d’un aéroport et l’accueil par le président de la République ont toujours marqué, à raison, l’opinion.

La libération des otages israéliens est toutefois différente par la barbarie qui en est à l’origine, par les conditions inédites qui la permettent et parce que seule une partie des 240 hommes, femmes et enfants kidnappés par le Hamas le mois dernier – dont huit de nos compatriotes, franco-israéliens – a recouvré hier la liberté. L’angoisse continue ainsi pour les familles de ceux qui restent entre les mains des islamistes, mais l’espoir demeure de les retrouver bientôt libres. Notre compassion et notre solidarité doivent ainsi aller à tous ces otages, dont de si jeunes enfants, certains orphelins et qui ne le savent pas…

Si nous nous focalisons sur leur délivrance, il faut aussi mesurer qu’elle ne se fait qu’en contrepartie de la libération de dizaines de prisonniers palestiniens – près de 6 700 Palestiniens sont emprisonnés par Israël. Cet échange entre otages et prisonniers auquel Benyamin Netanyahou a fini par se résoudre sous l’influence internationale et la pression légitime et grandissante de son opinion publique – qui le tient pour responsable du fiasco du 7 octobre – pourrait se transformer pour lui en un piège sans retour. Car c’est bien le Hamas qui tire bénéfice de cette séquence et donne le tempo : il apparaît comme celui qui a permis la libération, qui a récupéré des prisonniers, qui a obtenu une trêve dans les bombardements de la bande de Gaza. En acceptant cette pause, Benyamin Netanyahou montre aussi qu’un arrêt des combats est possible et donc que la guerre peut ne pas reprendre au terme des quatre jours âprement négociés.

La libération des otages apparaît ainsi comme un tournant, l’élément qui pourrait remettre la diplomatie devant les armes. Ce chemin-là paraît évidemment long, difficile, plein de chausse-trappes et à l'issue incertaine. Et les radicaux des deux camps qui n’ont que la vengeance à la bouche et qui sont opposés à ce qu’on l’emprunte sont bien plus nombreux que les hommes de bonne volonté. Ces derniers, héritiers de Menahem Begin et d’Anouar el-Sadate, d’Yitzhak Rabin et de Yasser Arafat, doivent plus que jamais se mobiliser pour que le cessez-le-feu perdure et que s’ouvre le long chemin vers la paix.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 25 novembre 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a