Accéder au contenu principal

Regrets et vérité

 

Monique Olivier

Jogging et regard noirs, large pull et cheveux blancs, elle s’avance lentement dans le box vitré des accusés de la cour d’assises des Hauts-de-Seine à Nanterre, hier, hésitante, comme apeurée par le crépitement des flashs des journalistes auxquels elle a consenti d’apparaître. Elle s’assoit, seule pour la première fois, sur le banc et baisse la tête, avant que son procès ne démarre. Cette fragilité apparente pourrait presque faire passer cette femme de 75 ans pour une pauvre petite chose, elle qui a jadis longtemps été considérée comme la victime soumise et manipulée de son mari.

Mais Monique Olivier est aujourd’hui dans le box pour répondre de ses actes, accusée de complicité de Michel Fourniret dans les enlèvements et les meurtres de trois jeunes filles, Estelle Mouzin, Marie-Angèle Domèce et Joanna Parrish. Année après année, les enquêteurs ont acquis la conviction que si Fourniret, décédé en 2021, était l’ogre des Ardennes, elle en était bien l’ogresse, s’il était le baril de poudre, elle en était la mèche. Ce duo infernal, ce couple diabolique – comme d’autres hélas qui ont marqué la chronique judiciaire – était bel et bien inséparable.

Car au fil ans, Monique Olivier, qui s’est d’abord murée dans le silence, a changé de versions à de multiples reprises, a tergiversé pour négocier sa collaboration, a fini par livrer des informations cruciales aux enquêteurs, contredisant les alibis de son mari, reconnaissant son rôle dans la séquestration d’Estelle Mouzin, indiquant des lieux de sépulture. Aveux tardifs qui ont permis de relancer les investigations, aveux parcellaires qui ont suscité la légitime colère et exacerbé l’insondable désespoir des familles des victimes.

Le procès de Monique Olivier est aujourd’hui essentiel à plus d’un titre et d’abord pour ces familles qui attendent depuis si longtemps de connaître la vérité et qui savent combien les audiences des jours à venir seront éprouvantes, angoissantes et peut-être décevantes. Ce procès est pour elles sans doute le dernier espoir de savoir ce qui s’est vraiment passé et de pouvoir ensuite – si c’est possible – faire leur deuil. Leur courage et leur dignité jamais démentis depuis toutes ces années forcent notre respect et notre empathie à leur égard.

Ce procès est aussi important pour tous ceux qui ont enquêté sur le parcours macabre du couple Fourniret-Olivier. Depuis 1987 et toutes les années suivantes, des défaillances, des ratés ont eu lieu et la justice a été parfois bien trop lente pour appréhender l’étendue des crimes et en saisir toutes les connexions. Les affaires Fourniret ont constitué, d’évidence, un dossier hors normes ; le procès de celle qui a accompagné cet itinéraire criminel pourra peut-être permettre de mesurer ce qui a été manqué, ce qu’il faudrait corriger.

Ce procès est important, enfin, pour l’institution judiciaire elle-même. À l’heure où des groupuscules d’ultra-droite appellent les Français à faire justice eux-mêmes, à l’heure où des personnalités d’extrême droite fantasment une France face à face au bord de la guerre civile, les juges et jurés de Nanterre ont la lourde tâche de montrer combien un procès équitable est la condition même d’un État de droit.

« Je regrette tout ce qu’il s’est passé », a lancé hier Monique Olivier. Ira-t-elle plus loin et livrera-t-elle, enfin, la vérité ? C’est tout l’espoir de ce procès.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 29 novembre 2023)


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a