Accéder au contenu principal

Trompe-l'oeil

essence

L’entrée en vigueur de la nouvelle ristourne du gouvernement sur le prix du litre de carburant sera évidemment bien accueillie par les Français. Alors qu’en cette rentrée, l’inflation galopante flirte avec les 8 % dans l’alimentaire et pourrait atteindre 10 % d’ici la fin de l’année, le passage de 18 centimes d’euros de rabais par litre, en vigueur depuis le 1er avril, à 30 centimes en septembre et en octobre, puis à 10 centimes en novembre et en décembre, sera forcément apprécié par tous ceux qui n’ont pas d’autres solutions que de prendre leur voiture pour aller travailler, faute de disposer de transports collectifs, ce qui est particulièrement vrai dans les territoires ruraux. Cette nouvelle ristourne sera de plus abondée par Total Énergies qui consent ce geste aux Français peut-être par crainte de voir le débat sur la taxation des superprofits des pétroliers – effective en Espagne ou au Royaume-Uni – ressurgir dans le débat public en France…

Pour le gouvernement, cette ristourne est un pis-aller, fruit d’un subtil compromis avec les parlementaires Les Républicains, indispensables force d’appoint d’une majorité présidentielle relative à l’Assemblée. Peu gênés par la contradiction d’appeler de façon obsessionnelle à la maîtrise des comptes publics et de réclamer une nouvelle ristourne qui va coûter quelque 4,4 milliards d’euros à l’État, les Républicains se sont félicités d’avoir fait reculer le gouvernement, qui avait imaginé un dispositif plus ciblé mais plus complexe. À l’extinction progressive de la ristourne de 18 centimes qui profitait à tous les Français sans distinction de ressources, l’exécutif avait imaginé un dispositif de chèque carburant réservé, sous conditions de revenus, à quelque 11 millions de travailleurs modestes, salariés et indépendants. Ce mécanisme apportait un surcroît de justice sociale et une réponse au Conseil d’analyse économique, qui avait montré que la remise sur le prix à la pompe avait jusqu’à présent bénéficié deux fois plus aux ménages aisés qu’aux foyers modestes…

Reste que si cette ristourne soulagera le budget de crise des Français, elle risque bien de ne rien régler et pourrait même devenir explosive pour le gouvernement. Non seulement elle intervient avec retard dans un moment où le prix du baril a diminué, mais qu’adviendra-t-il ensuite lorsqu’elle arrivera à expiration le 1er janvier 2023, alors que la situation internationale sur le prix de l’énergie sera vraisemblablement loin d’être réglée ? Une brusque remontée des prix à la pompe pourrait susciter une grogne sociale comme celle des Gilets jaunes, dont le mouvement avait démarré en grande partie à cause du prix de l’essence…

Enfin, cette ristourne, si bénéfique soit-elle en cette rentrée, s’apparente à un trompe-l’œil qui nous enferme dans une périlleuse procrastination. Car elle repousse le moment où nous devrons faire des choix stratégiques et difficiles pour l’avenir, entre une nécessaire sobriété énergétique dont Emmanuel Macron s’est fait le chantre et le développement de nouvelles infrastructures de transports (trains, voitures électriques, etc.) qui devront être équitablement accessibles à tous les Français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 1er septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan