Accéder au contenu principal

Trompe-l'oeil

essence

L’entrée en vigueur de la nouvelle ristourne du gouvernement sur le prix du litre de carburant sera évidemment bien accueillie par les Français. Alors qu’en cette rentrée, l’inflation galopante flirte avec les 8 % dans l’alimentaire et pourrait atteindre 10 % d’ici la fin de l’année, le passage de 18 centimes d’euros de rabais par litre, en vigueur depuis le 1er avril, à 30 centimes en septembre et en octobre, puis à 10 centimes en novembre et en décembre, sera forcément apprécié par tous ceux qui n’ont pas d’autres solutions que de prendre leur voiture pour aller travailler, faute de disposer de transports collectifs, ce qui est particulièrement vrai dans les territoires ruraux. Cette nouvelle ristourne sera de plus abondée par Total Énergies qui consent ce geste aux Français peut-être par crainte de voir le débat sur la taxation des superprofits des pétroliers – effective en Espagne ou au Royaume-Uni – ressurgir dans le débat public en France…

Pour le gouvernement, cette ristourne est un pis-aller, fruit d’un subtil compromis avec les parlementaires Les Républicains, indispensables force d’appoint d’une majorité présidentielle relative à l’Assemblée. Peu gênés par la contradiction d’appeler de façon obsessionnelle à la maîtrise des comptes publics et de réclamer une nouvelle ristourne qui va coûter quelque 4,4 milliards d’euros à l’État, les Républicains se sont félicités d’avoir fait reculer le gouvernement, qui avait imaginé un dispositif plus ciblé mais plus complexe. À l’extinction progressive de la ristourne de 18 centimes qui profitait à tous les Français sans distinction de ressources, l’exécutif avait imaginé un dispositif de chèque carburant réservé, sous conditions de revenus, à quelque 11 millions de travailleurs modestes, salariés et indépendants. Ce mécanisme apportait un surcroît de justice sociale et une réponse au Conseil d’analyse économique, qui avait montré que la remise sur le prix à la pompe avait jusqu’à présent bénéficié deux fois plus aux ménages aisés qu’aux foyers modestes…

Reste que si cette ristourne soulagera le budget de crise des Français, elle risque bien de ne rien régler et pourrait même devenir explosive pour le gouvernement. Non seulement elle intervient avec retard dans un moment où le prix du baril a diminué, mais qu’adviendra-t-il ensuite lorsqu’elle arrivera à expiration le 1er janvier 2023, alors que la situation internationale sur le prix de l’énergie sera vraisemblablement loin d’être réglée ? Une brusque remontée des prix à la pompe pourrait susciter une grogne sociale comme celle des Gilets jaunes, dont le mouvement avait démarré en grande partie à cause du prix de l’essence…

Enfin, cette ristourne, si bénéfique soit-elle en cette rentrée, s’apparente à un trompe-l’œil qui nous enferme dans une périlleuse procrastination. Car elle repousse le moment où nous devrons faire des choix stratégiques et difficiles pour l’avenir, entre une nécessaire sobriété énergétique dont Emmanuel Macron s’est fait le chantre et le développement de nouvelles infrastructures de transports (trains, voitures électriques, etc.) qui devront être équitablement accessibles à tous les Français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 1er septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio