Accéder au contenu principal

Anticiper

pipeline

Gouverner c’est choisir. La formule de Pierre Mendès-France a fait florès. Mais gouverner c’est aussi prévoir autant que faire se peut, anticiper les grands bouleversements à venir et mesurer, forcément au trébuchet, toutes les conséquences possibles d’une décision en fonction des différents scénarios. Pour cela le gouvernement ne manque pas d’experts, les siens propres réunis par exemple dans France stratégie, ou d’autres venus de cabinets de conseil que l’actuel gouvernement a très souvent sollicités.

Mais une fois que la décision est prise en fonction d’un contexte particulier, elle ne résiste parfois pas aux événements ultérieurs, plaçant les décideurs dans des situations périlleuses voire inextricables. C’est ce qui arrive actuellement à de nombreux pays européens en matière d’énergie. Le choix d’Angela Merkel de sortir l’Allemagne du nucléaire, après l’accident de Fukushima en 2011, et de privilégier le gaz russe, via de nouveaux gazoducs, semblait courageux et pertinent. Avec la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine et l’arrêt des livraisons de Gazprom, son successeur Olaf Scholz, au pied du mur, est aujourd’hui contraint de faire machine arrière.

En France, l’arrêt en 2020 de la vieillissante centrale nucléaire de Fessenheim après des années de débats semblait, là aussi, épouser le sens de l’histoire : diminuer le poids du nucléaire au profit des énergies renouvelables dans notre mix énergétique. La guerre en Ukraine a rebattu les cartes, Emmanuel Macron a décidé de relancer un programme nucléaire ambitieux mais doit aujourd’hui agir avec le retard des renouvelables en France et les difficultés d’EDF avec un parc de 56 réacteurs dont 32 sont à l’arrêt, ce qui laisse entrevoir de possibles pénuries cet hiver, alors que la France devrait être largement autosuffisante voire exportatrice. De la même façon, l’arrêt en 2019 d’un gazoduc entre l’Espagne et la France, jugé à l’époque trop coûteux et portant atteinte à l’environnement, apparaît aujourd’hui comme une erreur.

La crise énergétique née il y a à peine six mois bouscule ainsi les certitudes qui étaient les nôtres. En disant – de façon abrupte pour tous ceux qui sont dans la précarité – qu’on vivait « la fin de l’abondance », « la fin de l’évidence » et « la fin de l’insouciance », Emmanuel Macron a parlé juste… mais sans aller jusqu’à reconnaître les erreurs du passé. Car la crise énergétique souligne moins l’impréparation à court terme des pays européens – l’UE a réagi plutôt rapidement pour sécuriser ses approvisionnements pour cet hiver – que leur manque d’anticipation sur le long terme. Faute d’avoir anticipé la nécessité d’être souverain – mais solidaire – en matière d’énergie, faute d’avoir suivi les avis éclairés des experts, au profit d’options politiques et parfois démagogiques, les pays européens doivent parer au plus pressé pour éviter les black-out, les coupures de gaz et protéger leurs populations d’une historique flambée des prix.

Gageons que la leçon devrait être retenue et que la transition écologique et énergétique, urgente face à l’accélération du dérèglement climatique, fera l’objet de décisions qu’on ne regrettera pas…

(Editorial publié dans La Dépêcher du Midi du vendredi 2 septembre 2022).

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan