Accéder au contenu principal

Anticiper

pipeline

Gouverner c’est choisir. La formule de Pierre Mendès-France a fait florès. Mais gouverner c’est aussi prévoir autant que faire se peut, anticiper les grands bouleversements à venir et mesurer, forcément au trébuchet, toutes les conséquences possibles d’une décision en fonction des différents scénarios. Pour cela le gouvernement ne manque pas d’experts, les siens propres réunis par exemple dans France stratégie, ou d’autres venus de cabinets de conseil que l’actuel gouvernement a très souvent sollicités.

Mais une fois que la décision est prise en fonction d’un contexte particulier, elle ne résiste parfois pas aux événements ultérieurs, plaçant les décideurs dans des situations périlleuses voire inextricables. C’est ce qui arrive actuellement à de nombreux pays européens en matière d’énergie. Le choix d’Angela Merkel de sortir l’Allemagne du nucléaire, après l’accident de Fukushima en 2011, et de privilégier le gaz russe, via de nouveaux gazoducs, semblait courageux et pertinent. Avec la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine et l’arrêt des livraisons de Gazprom, son successeur Olaf Scholz, au pied du mur, est aujourd’hui contraint de faire machine arrière.

En France, l’arrêt en 2020 de la vieillissante centrale nucléaire de Fessenheim après des années de débats semblait, là aussi, épouser le sens de l’histoire : diminuer le poids du nucléaire au profit des énergies renouvelables dans notre mix énergétique. La guerre en Ukraine a rebattu les cartes, Emmanuel Macron a décidé de relancer un programme nucléaire ambitieux mais doit aujourd’hui agir avec le retard des renouvelables en France et les difficultés d’EDF avec un parc de 56 réacteurs dont 32 sont à l’arrêt, ce qui laisse entrevoir de possibles pénuries cet hiver, alors que la France devrait être largement autosuffisante voire exportatrice. De la même façon, l’arrêt en 2019 d’un gazoduc entre l’Espagne et la France, jugé à l’époque trop coûteux et portant atteinte à l’environnement, apparaît aujourd’hui comme une erreur.

La crise énergétique née il y a à peine six mois bouscule ainsi les certitudes qui étaient les nôtres. En disant – de façon abrupte pour tous ceux qui sont dans la précarité – qu’on vivait « la fin de l’abondance », « la fin de l’évidence » et « la fin de l’insouciance », Emmanuel Macron a parlé juste… mais sans aller jusqu’à reconnaître les erreurs du passé. Car la crise énergétique souligne moins l’impréparation à court terme des pays européens – l’UE a réagi plutôt rapidement pour sécuriser ses approvisionnements pour cet hiver – que leur manque d’anticipation sur le long terme. Faute d’avoir anticipé la nécessité d’être souverain – mais solidaire – en matière d’énergie, faute d’avoir suivi les avis éclairés des experts, au profit d’options politiques et parfois démagogiques, les pays européens doivent parer au plus pressé pour éviter les black-out, les coupures de gaz et protéger leurs populations d’une historique flambée des prix.

Gageons que la leçon devrait être retenue et que la transition écologique et énergétique, urgente face à l’accélération du dérèglement climatique, fera l’objet de décisions qu’on ne regrettera pas…

(Editorial publié dans La Dépêcher du Midi du vendredi 2 septembre 2022).

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio