Accéder au contenu principal

Fatalité

entreprise

La pandémie de Covid-19 a été une crise évidemment sanitaire mais aussi économique avec des conséquences dramatiques pour des millions de salariés et d’entreprises. Au fur et à mesure de la progression du coronavirus, des pans entiers de l’activité économique du pays se sont arrêtés, du secteur aérien qui a subi l’une des pires baisses du trafic mondial au secteur du BTP, de l’hôtellerie-restauration au secteur culturel dont les établissements ont été fermés en raison des confinements et couvre-feux successifs. Heureusement, l’État, mais aussi de nombreuses collectivités territoriales, dont les régions, sont intervenus pour amortir le contrechoc de l’épidémie, instaurant ici du chômage partiel pour les salariés et là des aides pour soutenir les entreprises et leur éviter la faillite. Fonds de solidarité, exonérations de charges, financement de l’activité partielle et prêts garantis par l’État (PGE, 145 milliards d’euros en deux ans).

L’intervention, rapide et massive, de cet État providence qui semblait ne plus être dans l’air du temps face à des options beaucoup plus libérales a été capitale, en France comme dans les autres pays européens. Le « quoi qu’il en coûte », selon l’expression d’Emmanuel Macron, a joué pleinement son rôle pour éviter « l’effondrement » économique qu’évoquait Edouard Philippe au début de l’épidémie. Chacun se doutait cependant qu’une fois la crise sanitaire passée, le « retour à la normale » ne se ferait peut-être pas sans heurts pour nombre d’entreprises notamment les sociétés « zombies » qui étaient en difficultés avant la crise et dont la survie a été artificiellement prolongée par ces aides.

Toutefois, le boom des faillites redouté par certains n’a pas eu lieu à la rentrée 2021 dans un contexte de reprise. Les défaillances d’entreprises sont restées encore à un niveau faible au premier semestre 2022 par rapport à l’avant-Covid. Mais la situation pourrait rapidement empirer car les entreprises doivent rembourser leurs PGE lorsqu’elles en ont souscrit un et, surtout, faire face à un nouveau contexte économique difficile avec l’inflation galopante due à la guerre en Ukraine et une crise de l’énergie jamais vue depuis les derniers chocs pétroliers des années 70. À cela s’ajoutent pour certains secteurs de fortes perturbations sur les approvisionnements en matières premières. Au final, nombre de sociétés, dont l’activité est plus faible qu’espérée, craignent pour leur avenir et voient ressurgir le spectre de la faillite. C’est particulièrement vrai pour les petites voire très petites entreprises, ce qui a conduit le Syndicat des indépendants et des TPE (SDI) à tirer le signal d’alarme et réclamer l’aide de l’État qui pour l’heure temporise.

La crainte de voir le pays confronté à une explosion de faillites au moment du Covid a, en tout cas, permis de donner un coup de projecteur sur les difficultés des entreprises. En février 2021, la mission « Justice économique » a ainsi fait de nombreuses recommandations : meilleure information, détection précoce des entreprises en difficulté, accompagnement, procédures judiciaires de prévention. Toutes ces pistes restent encore à mettre en place pour redonner des perspectives et faire en sorte que la faillite ne soit pas une fatalité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 14 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan