Accéder au contenu principal

Retournement

Putin


Lorsque le 21 septembre dernier, Vladimir Poutine a annoncé à la télévision une « mobilisation partielle » de 300 000 réservistes pour appuyer son « opération militaire spéciale » en Ukraine, chacun a bien compris qu’un tournant se produisait dans la guerre déclenchée le 24 février par la Russie. Confronté à une contre-offensive victorieuse de Kiev dans l’est et le sud de l’Ukraine contre une armée russe qui a connu de multiples revers en sept mois, Vladimir Poutine a choisi la fuite en avant, brandissant une nouvelle fois la menace nucléaire contre l’Ukraine et l’Occident et précipitant en catastrophe l’organisation de pseudos-référendums pour annexer quatre régions occupées. Après ce tournant dans une guerre qui lui échappe, le maître du Kremlin va-t-il subir le retournement de l’opinion russe ?

On n’en est pas encore là mais la « mobilisation partielle » a d’ores et déjà fait chuter les certitudes et la communication de Moscou, dans la population et jusqu’à l’élite du pays.

Dans la population, l’idée que l’on avait affaire à une simple opération militaire selon le récit du Kremlin a vécu. Avec la mobilisation partielle, l’opinion a bien compris qu’il s’agissait d’une vraie guerre aux enjeux de plus en plus obscurs. Les manifestations de Russes refusant de se faire enrôler, organisées spontanément dans les rues de dizaines de villes à travers le pays, les images de ces rassemblements et des arrestations musclées qui ont suivi et qui ont tourné en boucle sur les réseaux sociaux, les erreurs commises par les autorités dans des centres de recrutement enrôlant sans discernement des gens atteints de maladies chroniques ou des médecins, ou la violence du recrutement dans certaines régions : tout cela commence à ébranler l’opinion. Surtout, la fuite de milliers de Russes refusant de servir de chair à canon vers la Géorgie, le Kazakhstan ou la Finlande, s’agglutinant massivement aux postes frontières, fragilise le récit poutinien d’un soutien massif de la population à sa guerre en Ukraine. Certes, ceux qui ont tout quitté pour fuir la Russie sont souvent les jeunes les plus éduqués et les mieux informés sur la situation. Ils ne sont que quelques milliers mais ils peuvent être l’étincelle d’une plus forte mobilisation contre la guerre – et donc contre Poutine – au sein de l’opinion russe.

Vladimir Poutine a beau avoir signé un décret alourdissant les sanctions à l’égard des déserteurs et limogé le général Boulgakov, chef de la logistique militaire, ce véritable point noir de l’offensive russe en Ukraine, le doute s’est instillé aussi dans les sphères dirigeantes. Sur les médias d’État, certains chroniqueurs ont déjà évoqué la perspective de négociations de paix, et la présidente du Sénat, Valentina Matvienko, comme son homologue de la Douma, Viatcheslav Volodine, s’ils soutiennent toujours la guerre, ont dénoncé les excès et les erreurs de la campagne de recrutement de l’armée.

« La meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples » disait Machiavel. Aujourd’hui, une partie du peuple russe a décidé de bouger…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 28 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en