Accéder au contenu principal

Epée de Damoclès

gaz

Les responsables politiques qui ont à gérer la crise énergétique qui frappe l’Europe depuis la fin 2021 et plus encore depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine en février, semblent avoir tiré les leçons des erreurs commises lors d’une autre crise, celle de la pandémie de Covid-19. Au début du déferlement du coronavirus et de la panique qu’il provoqua en 2020, le chacun pour soi avait prévalu dans les pays membres de l’Union européenne, retardant de fait la prise des bonnes décisions et la mise en place d’une solidarité efficace. Face à la crise de l’énergie, les 27 ont cette fois très tôt réagi de concert, ce qui était d’autant plus délicat que les pays membres étaient dans des situations très différentes, l’Allemagne étant par exemple beaucoup plus dépendante que la France des livraisons de gaz russe. Au final, la solidarité européenne s’est mise en place en tenant compte des particularités de chacun et, hier, après des décisions déjà prises sur la sécurisation des approvisionnements en gaz, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté des mesures fortes pour atténuer les conséquences de la hausse des prix de l’électricité, entre une réforme du marché qu’elle avait poussé à la dérégulation, la taxation des superprofits ou encore le chemin de la sobriété énergétique pour les 27.

A ce cadre européen, qui sera discuté le 30 septembre par les ministres de l’Énergie, s’ajoutent les mesures que prennent individuellement chaque pays. Depuis l’automne 2021, la France est, d’évidence, l’un des pays les plus protecteurs de l’UE avec son bouclier tarifaire qui, en 2022, a bloqué la hausse des tarifs d’électricité pour les particuliers à 4 %, et gelé ceux du gaz au niveau d’octobre 2021. Une telle situation face à la hausse continue des prix de l’énergie était évidemment intenable sur le long terme, mais comment passer en douceur d’un « quoi qu’il en coûte » énergétique à un « combien ça coûte » pour reprendre l’expression du ministre des Comptes publics Gabriel Attal ? Sur ce délicat chemin de crête, Elisabeth Borne a proposé hier une voie, sur laquelle soufflent le chaud et le froid. Le gouvernement s’est ainsi engagé à prolonger le bouclier tarifaire en 2023 pour les ménages, les copropriétés, les petites entreprises et les petites communes, mais les prix de l’électricité et du gaz vont bien augmenter de 15 %… Face à cette hausse – qui serait bien pire sans le bouclier – le gouvernement opte pour des chèques énergie de 100 à 200 euros sous conditions de revenus qui seront versés à quelque 12 millions de foyers modestes.

Ce bouclier et ces aides contre la hausse des prix – illustration d’un État providence dont on ne cesse de retrouver les vertus depuis deux ans – sont évidemment bienvenus pour les Français qui subissent l’inflation galopante, au-delà de l’énergie, sur leurs autres dépenses, notamment alimentaires. Mais ils ne doivent pas retarder l’urgence d’un changement de modèle : retrouver la sobriété énergétique, faire la chasse au gaspi, réfléchir à notre mix énergétique entre part du nucléaire à moderniser et développement des renouvelables, le tout avec un sens aigu de l’équité dans l’accès à l’énergie. Ce chantier colossal est l’épée de Damoclès du défi énergétique qui se joue de tous les boucliers ; un défi qu’il faut relever sans attendre.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 15 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan