Accéder au contenu principal

Fissures

Vladimir Poutine

Dans l’est de l’Ukraine, alors que les troupes russes subissaient de spectaculaires revers face à une contre-offensive ukrainienne qui a permis à Kiev de regagner plus de 6 000 kilomètres carrés occupés par les Russes depuis six mois, à Moscou, Vladimir Poutine inaugurait… une grande roue dans le cadre des festivités du 875e anniversaire de la fondation de la ville. Comme si de rien n’était. Pour le maître du Kremlin, tout va bien et l’ « opération militaire spéciale » qu’il a lancée le 24 février pour « dénazifier » l’Ukraine suit son cours. Elle avance « à un petit rythme » a relevé Vladimir Poutine, pas question donc de changer les objectifs initiaux. Le président russe a même averti qu’il réagirait avec plus de force si ses troupes étaient soumises à une pression supplémentaire, menaçant une nouvelle fois de recourir à l’utilisation d’armes non conventionnelles, nucléaires ou chimiques.

Mais après bientôt sept mois de conflit, ce qui devait être une opération éclair pour l’une des plus puissantes armées du monde confine au fiasco, que la propagande de Poutine peine de plus en plus à cacher. Si les opposants au président russe et à la guerre ont fait profil bas pour éviter d’être jetés en prison, des fissures commencent à apparaître et les voix critiques à devenir audibles hors des conversations familiales. Hier c’est Alla Pougatcheva, reine de la musique pop soviétique, qui a dénoncé la guerre de Poutine. Auparavant, des élus municipaux ont lancé une pétition demandant un départ de Poutine, certains médias, pourtant proches du Kremlin, commencent à exprimer des doutes sur le bien-fondé de la guerre quand des chroniqueurs – encore va-t-en-guerre il y a peu – évoquent désormais des négociations de paix à mots de moins en moins voilés. Si les interrogations prennent de l’ampleur, certains observateurs imaginent, non pas un putsch qui renverserait Vladimir Poutine, mais une révolution de palais comme celle qui était intervenue entre Boris Eltsine et – justement – Vladimir Poutine, pour peu que ce dernier obtienne des garanties quant à sa sécurité.

On n’en est évidemment pas encore là, mais l’Histoire connaît parfois des accélérations imprévues. Le charnier d’Izioum – 450 corps enterrés vraisemblablement après avoir été torturés – découvert par les soldats russes qui ont libéré la zone occupée par les Russes pendant six mois, suscite une telle indignation internationale que celle-ci a forcément atteint la Russie. Après les crimes de guerre de Boutcha, commis entre les 27 février et 31 mars 2022, voilà des exactions qui isolent un peu plus Vladimir Poutine. Les pays « amis » qu’il a rencontrés au sommet de Samarcande et dont il espérait un franc soutien l’ont d’ailleurs mis sous pression en l’appelant à mettre fin au conflit dont les répercussions ont fragilisé toutes les économies mondiales… Reste à savoir si Vladimir Poutine entendra enfin ces messages alors que l’hiver approche et pourrait geler la ligne de front.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 19 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan