Accéder au contenu principal

Fuite en avant

putin

C’est un dessin de presse au trait épais mais parfaitement ciselé, dont les couleurs délavées sont soulignées par un rai de lumière. Vladimir Poutine est assis, accablé, dans un fauteuil surmonté d’un aigle bicéphale, symbole de la Russie, à côté d’un téléphone rouge, le bouton nucléaire en pendentif. Dans sa main, un pistolet comme s’il était prêt à se suicider dans ce bunker, allusion à Hitler qui s’est donné la mort 30 avril 1945 dans son Führerbunker à Berlin. En lettres capitales jaunes au-dessus de la scène : « La Russie est en train de perdre ». Voilà la une de l’hebdomadaire tchèque « Respekt », cette semaine, qui annonce une victoire de l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie et la fin prochaine du maître du Kremlin. Une défaite ou l’impossibilité pour la Russie d’arriver à ses fins est d’ailleurs un scénario auquel se rattachent de nombreux experts. C’est sans doute cette humiliante perspective de perdre la guerre – cette « opération militaire spéciale » lancée le 24 février qui devait conquérir l’Ukraine en quelques jours et renverser le régime « nazi » de Volodymyr Zelensky avant de s’enliser – qui a poussé hier Vladimir Poutine dans une inquiétante fuite en avant.

En appelant à la mobilisation de 300 000 réservistes et en brandissant la menace de recourir à l’arme nucléaire, le président russe franchit, d’évidence, un nouveau cap. Ce n’est pas la première fois que Poutine évoque l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Ukraine et ses soutiens occidentaux – raison sans doute pour laquelle il a cru bon de préciser « ce n’est pas du bluff » – mais ces annonces belliqueuses doivent être prises au sérieux. Relayées par sa garde rapprochée qui estime que la Russie est désormais « en guerre contre l’Occident » et proche « de la troisième guerre mondiale », elles dramatisent à dessein la situation pour obtenir un sursaut de mobilisation, mais elles illustrent aussi combien la situation semble échapper à Vladimir Poutine, qui fait face aux premières fissures visibles dans le soutien russe à son « opération ». Car plus les semaines passent, plus les pertes et les déboires s’accumulent pour son armée et plus les Russes s’interrogent sur le bien-fondé de cette guerre, sur les réseaux sociaux – où la star Alla Pougatcheva a pris position contre le conflit – comme sur les médias d’État où le doute s’est désormais installé.

Pour tenter de reprendre la main et sauver la face, Vladimir Poutine montre les muscles et entend réitérer le scénario déjà mis en œuvre en Crimée. Cette fois, quatre régions vont organiser des référendums d’intégration à la fédération de Russie du 23 au 27 septembre. Dès que les républiques populaires de Donetsk (RPD) et de Louhansk (RPL) et les régions de Kherson et Zaporijjia, partiellement conquises par les forces russes, auront répondu « oui », elles deviendront des territoires russes. Toute agression contre eux sera alors considérée par Moscou comme une attaque directe contre la Russie. Cette dernière pouvant dès lors riposter par tous les moyens, y compris nucléaires.

Poutine veut-il aller jusque-là ? Osera-t-il franchir la ligne rouge et déclencher le feu nucléaire à l’heure où même ses « amis » chinois l’appellent au cessez-le-feu ? Ou alors est-ce une énième intimidation, un nouveau chantage, un coup de bluff ? Pour l’heure personne ne sait ce qu’il y a dans la tête de Vladimir Poutine.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio