Accéder au contenu principal

Vitesse et précipitation

autoroute

Évoquez l’abaissement de la limitation de vitesse sur autoroutes de 130 à 110 km/h et vous avez l’assurance d’obtenir une discussion animée en famille, entre amis ou entre collègues. C’est que dès qu’il s’agit de la « bagnole », passion française s’il en est, les esprits s’échauffent vite. Sans doute car il s’agit de l’un des sujets qui recouvrent de multiples aspects, sociétaux, sécuritaires et politiques.

Sociétaux car chacun, qu’il soit ou non titulaire du permis de conduire, a développé une relation particulière à l’automobile. Pour les uns, il s’agit d’un moyen de transport individuel et égoïste, anachronique à l’heure du dérèglement climatique et de la sobriété énergétique, et qu’il faudrait chasser des villes et remplacer par le vélo ou des transports en commun. Pour les autres, l’automobile reste le symbole de la liberté associé parfois au plaisir de la conduite et de la découverte. Pour de nombreux Français, et particulièrement ceux en zones rurales, il s’agit tout simplement du seul moyen – qui pèse de plus en plus sur leur budget – de se déplacer pour faire les courses ou se rendre au travail, faute de disposer d’alternatives.

Le débat sur l’abaissement à 110 km/h de la limitation de vitesse sur autoroute est aussi évidemment celui de la sécurité routière. La vitesse, toutes les études le montrent, est l’un des facteurs – mais pas le seul – responsable des morts sur la route. Dès lors, la réduire permet bien de faire baisser ce chiffre macabre qui brise trop de familles. Le renforcement des contraintes sur la vitesse avec les radars est efficace mais il serait d’autant plus accepté si l’on prenait aussi en compte les évolutions des infrastructures et des automobiles. Les routes d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celle des années 70 tout comme les voitures d’aujourd’hui bardées de capteurs, d’airbags et de limiteur qui aident à mieux conduire. Enfin, avant de bouleverser une limitation de vitesse connue et compréhensible de tous, il serait bon de regarder ce que font nos voisins européens entre les autoroutes sans limitations en Allemagne ou celles dont la vitesse limite varie entre l’été et l’hiver. Aux normes européennes qui s’imposent aux constructeurs pourrait ainsi répondre une homogénéité des codes de la route dans l’UE.

Mais c’est bien sûr l’aspect politique de cet épineux dossier qui pourrait in fine fixer l’avenir de la proposition récurrente de rouler à 110 km/h sur les autoroutes, qui représentent 31 % des trajets des Français. À cet égard, l’expérience récente du passage de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires va certainement inciter à la prudence. Lancée sans concertation par Edouard Philippe, cette réduction de vitesse vue comme une décision technocratique venant de Paris, a été mal vécue par les élus et incomprise par les automobilistes. La machine arrière effectuée par le gouvernement, marqué par le mouvement des Gilets jaunes, a laissé un paysage morcelé entre des départements à 80 km/h, d’autres plus rares à 90 km/h et d’autres encore avec un mix des deux limitations. Ubuesque…

À l’aube d’un automne social chaud, Emmanuel Macron qui avait été mis devant le fait accompli par Edouard Philippe, devrait cette fois appuyer sur la pédale de frein pour éviter toute précipitation sur la vitesse…

(Editorial publié dans La Dépêche du dimanche 18 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio