Accéder au contenu principal

Mic mac sur MidCat

gazoduc

La polémique qui oppose la France et l’Espagne a propos de la relance du projet de gazoduc MidCat (Midi-Catalogne) entre nos deux pays illustre finalement assez bien l’état actuel de l’Union européenne, les limites de la solidarité entre États membres, la difficulté à conduire des projets d’infrastructures à l’échelle du continent ou encore la capacité à agir rapidement et en même temps à penser le temps long.

De prime abord, alors que le continent subit de plein fouet la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine, et doit plus particulièrement trouver des réponses à l’épineuse question de l’approvisionnement et des stocks de gaz après l’arrêt des livraisons de gaz russe, le projet MidCat semblait tomber sous le sens. Stoppé en 2019 car considéré par les régulateurs français et espagnol comme trop coûteux par rapport aux avantages escomptés, mais aussi vilipendé par les associations de défense de l’environnement des deux côtés des Pyrénées, le retour en grâce de ce projet paraissait logique au regard de l’urgence énergétique actuelle. Dès lors, le refus de la France de réactiver ce projet est apparu incompréhensible, y compris dans l’Hexagone.

Et pourtant, si Emmanuel Macron a pris le risque d’ouvrir une crise diplomatique avec nos voisins, c’est bien parce que les raisons qui avaient conduit à stopper MidCat sont toujours valables. Il existe déjà des connexions gazières entre la France et l’Espagne et ces dernières ne sont pas utilisées à pleine capacité. La France considère ensuite que, plutôt que de construire des gazoducs très chers – plus de 3 milliards d’euros pour MidCat avec une mise en œuvre qui prendrait des années – il vaut mieux miser sur de nouveaux terminaux de gaz naturel liquéfié dans le nord et l’est de l’Europe et notamment en Allemagne qui en manque cruellement. Enfin, Emmanuel Macron estime qu’avec la transition énergétique et la part croissante des énergies renouvelables dans les années à venir, la consommation de gaz en France, en Espagne et en Allemagne diminuera et que par conséquent il n’y a pas besoin de surinvestir dans les capacités gazières, cette énergie fossile… Fortement soutenue par une Allemagne qui cherche par tous les moyens à se défaire de sa dépendance au gaz russe, l’Espagne évidemment a une lecture inverse du dossier. Quant à l’Europe, qui avait disqualifié le gazoduc MidCat comme projet commun en 2019, elle s’est bien gardée d’intervenir dans ces discussions qui, d’évidence, semblent être dans l’impasse.

Ce mic mac entre pays membres ne relève toutefois pas uniquement que de considérations techniques et énergétiques entre experts. Le dossier est éminemment politique, chaque pays cherchant à préserver ses intérêts. L’Espagne a su profiter au début des années 2000 de la volonté de l’Europe de financer des interconnexions pour accentuer la dérégulation du marché et espère pouvoir faire jouer la concurrence entre pétrole algérien et pétrole norvégien. La France mise, elle, davantage sur l’électricité que le gaz et n’entend pas être finalement un pays de transition gazier entre la péninsule ibérique et l’Europe du Nord.

Au final, on mesure toute la difficulté de l’Europe à bâtir des projets sérieux et solides avec des pays qui, tous, conservent des agendas nationaux. Le Covid nous a pourtant appris qu’une solidarité admise par tous était efficace. Il ne reste plus qu’à l’appliquer à l’énergie.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 24 septembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en