Accéder au contenu principal

Qui sont les riches ?

tirelire

Qui sont les riches en France et à partir de quels revenus le devient-on ? Ces questions taraudent depuis longtemps la France. Dans le pays qui a fait de l’égalité une composante de sa devise nationale, évoquer le sujet est toujours hautement inflammable, particulièrement en période d’élections. François Hollande ne dira pas le contraire. En janvier 2007, en pleine campagne électorale, celui qui est alors premier secrétaire du Parti socialiste avoue sur le plateau d’une émission télévisée « Je n’aime pas les riches, je n’aime pas les riches, j’en conviens », estimant qu’on l’était à partir de 4 000 euros de revenus mensuels. Tollé à droite. La petite phrase collera à François Hollande jusqu’en 2011 lorsqu’il sera le candidat du PS à l’élection présidentielle et lui sera reprochée par Nicolas Sarkozy dans le débat d’entre-deux tours.

Ce seuil de 4 000 euros restera en tout cas dans les dans les esprits puisqu’en février 2021, interrogé sur l’opportunité d’une contribution exceptionnelle des plus riches en période de Covid, le président du MoDem François Bayrou lance « pourquoi pas ? » avant d’ajouter « 4 000 euros par mois, pour moi, c’est les classes moyennes ; je ne dis pas que c’est les riches ». Tollé à gauche cette fois. Ces deux exemples montrent combien il est difficile d’établir le seuil à partir duquel on est considéré comme riche ; beaucoup plus difficile que d’établir le seuil de pauvreté qui, lui, fait consensus. Car au final, les plus aisés se considèrent peut-être toujours comme le pauvre d’un plus riche qu’eux…

Tenter de définir le seuil de richesse est donc une vraie gageure, en tout cas en France puisque ce seuil existe en Allemagne depuis 20 ans. Estimant qu’ « il est grand temps d’avancer sur ce sujet », l’Observatoire des inégalités vient de publier son « Rapport sur les riches en France » et se propose de fixer un seuil de richesse équivalent au double du niveau de vie médian, soit 3 673 euros par mois pour une personne seule ou 5 500 euros pour un couple, après impôts. 4,5 millions de Français sont concernés soit 7 % de la population, mais à l’intérieur même de ce bloc, les disparités sont grandes, notamment en fonction de l’endroit où l’on est et des conditions de vie.

L’Observatoire, qui se défend de tout sensationnalisme, revendique d’ouvrir le débat et de lutter contre « la cécité de la droite et de la gauche » sur cette épineuse question. La première ne jure, en effet, que par la théorie libérale du ruissellement, venue des États-Unis, qui voudrait que l’enrichissement des plus fortunés finisse par « arroser » les catégories populaires. Même le président Joe Biden a assuré qu’il ne croyait plus à cette fable. La gauche, elle, reste obnubilée, selon l’Observatoire, par les « 1 % les plus riches », ces multimillionnaires qui ont, il est vrai, considérablement accru leur fortune ces dernières années, y compris durant la pandémie, et paient parfois proportionnellement moins d’impôts que les autres.

Au final, au-delà du seuil sur lequel la classe politique ne manquera pas de s’écharper, il conviendrait sans doute de s’interroger, comme l’a fait Thomas Piketty, non pas seulement sur les revenus des Français les plus aisés mais bien sur leur patrimoine global, la façon dont il s’est constitué et comment il se transmet par héritage. Une vision plus large nécessaire pour bâtir de vraies politiques solidaires et redistributives.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 juin 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio