Accéder au contenu principal

Qui sont les riches ?

tirelire

Qui sont les riches en France et à partir de quels revenus le devient-on ? Ces questions taraudent depuis longtemps la France. Dans le pays qui a fait de l’égalité une composante de sa devise nationale, évoquer le sujet est toujours hautement inflammable, particulièrement en période d’élections. François Hollande ne dira pas le contraire. En janvier 2007, en pleine campagne électorale, celui qui est alors premier secrétaire du Parti socialiste avoue sur le plateau d’une émission télévisée « Je n’aime pas les riches, je n’aime pas les riches, j’en conviens », estimant qu’on l’était à partir de 4 000 euros de revenus mensuels. Tollé à droite. La petite phrase collera à François Hollande jusqu’en 2011 lorsqu’il sera le candidat du PS à l’élection présidentielle et lui sera reprochée par Nicolas Sarkozy dans le débat d’entre-deux tours.

Ce seuil de 4 000 euros restera en tout cas dans les dans les esprits puisqu’en février 2021, interrogé sur l’opportunité d’une contribution exceptionnelle des plus riches en période de Covid, le président du MoDem François Bayrou lance « pourquoi pas ? » avant d’ajouter « 4 000 euros par mois, pour moi, c’est les classes moyennes ; je ne dis pas que c’est les riches ». Tollé à gauche cette fois. Ces deux exemples montrent combien il est difficile d’établir le seuil à partir duquel on est considéré comme riche ; beaucoup plus difficile que d’établir le seuil de pauvreté qui, lui, fait consensus. Car au final, les plus aisés se considèrent peut-être toujours comme le pauvre d’un plus riche qu’eux…

Tenter de définir le seuil de richesse est donc une vraie gageure, en tout cas en France puisque ce seuil existe en Allemagne depuis 20 ans. Estimant qu’ « il est grand temps d’avancer sur ce sujet », l’Observatoire des inégalités vient de publier son « Rapport sur les riches en France » et se propose de fixer un seuil de richesse équivalent au double du niveau de vie médian, soit 3 673 euros par mois pour une personne seule ou 5 500 euros pour un couple, après impôts. 4,5 millions de Français sont concernés soit 7 % de la population, mais à l’intérieur même de ce bloc, les disparités sont grandes, notamment en fonction de l’endroit où l’on est et des conditions de vie.

L’Observatoire, qui se défend de tout sensationnalisme, revendique d’ouvrir le débat et de lutter contre « la cécité de la droite et de la gauche » sur cette épineuse question. La première ne jure, en effet, que par la théorie libérale du ruissellement, venue des États-Unis, qui voudrait que l’enrichissement des plus fortunés finisse par « arroser » les catégories populaires. Même le président Joe Biden a assuré qu’il ne croyait plus à cette fable. La gauche, elle, reste obnubilée, selon l’Observatoire, par les « 1 % les plus riches », ces multimillionnaires qui ont, il est vrai, considérablement accru leur fortune ces dernières années, y compris durant la pandémie, et paient parfois proportionnellement moins d’impôts que les autres.

Au final, au-delà du seuil sur lequel la classe politique ne manquera pas de s’écharper, il conviendrait sans doute de s’interroger, comme l’a fait Thomas Piketty, non pas seulement sur les revenus des Français les plus aisés mais bien sur leur patrimoine global, la façon dont il s’est constitué et comment il se transmet par héritage. Une vision plus large nécessaire pour bâtir de vraies politiques solidaires et redistributives.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 juin 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan