Accéder au contenu principal

Mauvaises notes

notation

Pas une semaine, pas une journée, pour certains d’entre nous, sans que l’on ne vous demande d’attribuer une note, de rédiger un commentaire sur un produit que l’on vient d’acheter sur un site d’e-commerce ou un service que l’on vient d’utiliser. Les étoiles d’Amazon, de Google ou de Tripavisor – qui a supplanté celles du Guide Michelin –, les notations et commentaires sur des repas livrés par Deliveroo ou Ubereats, des voyages effectués sur telle ou telle compagnie aérienne sont devenus omniprésentes dans nos vies numériques.

Côté face, d’évidents avantages pour les consommateurs. Qui n’a jamais regardé les avis des autres avant d’acheter un produit ou ne s’est jamais détourné si celui-ci totalisait peu d’avis ou pas suffisamment d’étoiles ? Qui n’a jamais choisi un hôtel en fonction des commentaires des clients précédents qui racontent leur expérience, photos à l’appui ? Qui n’a jamais changé de choix de restaurant car celui-ci avait des commentaires négatifs ou préféré un établissement sur le GPS de son smartphone car il avait le plus d’étoiles ? Les étoiles et les commentaires permettent aux consommateurs de mieux choisir ce qu’ils veulent acheter, de faire part de leur satisfaction ou de leur courroux aux commerçants qui, eux, vont forcément chercher à s’améliorer. Étoiles et commentaires seraient la version 2.0 du bouche-à-oreille. Évidemment, ce monde numérique idyllique ne l’est pas tout à fait…

Car il y a un côté pile, plus sombre et inquiétant. D’abord, les faux avis pullulent, qu’ils soient rédigés par des commerces concurrents ou de faux clients qui cherchent à ruiner l’e-réputation de tel ou tel site. Ces faux avis sont même devenus un véritable business. À côté il y a le poids des grandes plateformes numériques qui dictent leurs règles : une entreprise qui ne remplit pas sa fiche descriptive ou qui ne répond pas rapidement aux commentaires des internautes voit l’affichage de son commerce dans les résultats de recherche dégradé, sa visibilité – et donc son chiffre d’affaires – amoindrie.

Plus sournoisement, les notes que les consommateurs attribuent innocemment et nonchalamment depuis leur smartphone à un livreur de repas, au salarié d’une entreprise peuvent avoir des conséquences sur les conditions de travail et même la carrière de ces derniers dans leur entreprise. Car donner 4 étoiles sur 5 peut signifier un travail mal effectué.

Enfin dans le côté sombre de cette guerre des étoiles se trouve aussi le consommateur lui-même. En notant frénétiquement ou en répondant à toutes les sollicitations de commentaires, le consommateur fournit lui-même les données le concernant qui permettront aux algorithmes des plateformes d’affiner son profil et donc de lui adresser de la publicité de plus en plus personnalisée.

Pour tirer le meilleur et éviter le pire de ce système de notes et commentaires, les consommateurs comme les travailleurs ont besoin d’un cadre transparent, clair et protecteur. Il est heureux de voir que l’Europe a su bâtir des règles de régulation qui offrent des garanties sérieuses tant pour ceux qui sont notés que pour ceux qui notent. C’est le meilleur moyen d’éviter les abus et les dérives à la chinoise avec lesquelles c’est le citoyen qui se retrouverait noté.

(Editorial publié dans La Dépêche du samedi 18 juin 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en