Accéder au contenu principal

Dilemme

 

party

Comment appréhender cette « épidémie » de piqûres qui, depuis plusieurs semaines maintenant, ont été relevées dans des boîtes de nuit, des bars, des festivals, des spectacles ou des concerts un peu partout en France ? Les services de police et de gendarmerie, les médias, les organisateurs des événements, les parents et les jeunes qui en seraient les principales victimes sont confrontés à un vrai dilemme : faut-il en parler largement au risque d’entretenir le phénomène, ou bien arrêter de donner trop d’importance à ce que certains considèrent comme une énième rumeur ? Vaste question dont on ne devrait pas avoir la réponse de sitôt.

D’un côté, il y a une réalité : la mobilisation de nombreux enquêteurs dans le pays. Les forces de l’ordre ont ainsi recensé quelque 460 victimes et enregistré entre 380 et 450 plaintes. Toutes les victimes ne sont pas des affabulatrices, certaines témoignent sincèrement de ce qu’elles disent avoir vécu et certaines présentent effectivement des traces potentielles de piqûres, attestées parfois par des médecins. Pour l’heure, ces affaires, dont les récits sont très divers – tantôt très précis, tantôt aussi flous que des soirées bien arrosées – restent traitées au niveau local par des enquêteurs dont certains ne cachent pas leur agacement. Car, en l’état, aucune analyse toxicologique réalisée sur certaines des victimes n’a mis en lumière une quelconque intoxication avec une substance nocive, notamment le GHB, la « drogue du violeur », qui est souvent cité. Sauf à Roanne et dans les Pyrénénées-Orientales où des traces de GHB ont été découvertes, mais sans qu’un lien ne puisse être établi, il n’y a, à l’heure actuelle, aucune personne dont on peut dire qu’elle a été intoxiquée via une aiguille. Reste que les enquêtes se poursuivent sérieusement et ont conduit à l’arrestation de plusieurs suspects dont le dernier, à Toulon, a été accusé d’avoir piqué des spectateurs lors de l’enregistrement de l’émission de TF1 « La chanson de l’année. » Le 5 juin, cet individu a été mis en examen dans le cadre d’une information judiciaire, ouverte notamment pour « violences aggravées par arme et par préméditation », qui devra déterminer le mobile de ses actes.

D’un autre côté, ces événements ont déclenché une psychose et beaucoup de fantasmes qui, cette fois, agacent au plus haut point les organisateurs d’événements. Après deux années de Covid, ils espéraient bien retrouver un été normal et se seraient bien passés de ce phénomène des piqûres. Car au-delà des cas sur lesquels enquêtent les forces de l’ordre, les piqûres sont devenues un phénomène de société sur lequel se pencheront peut-être un jour des sociologues, comme Edgar Morin s’était penché sur la rumeur d’Orléans… Un phénomène alimenté par le carburant des réseaux sociaux entre des appels imbéciles à « piquer des filles » lors de soirées et les « témoignages » d’amis d’amis qui ont cru voir ceci ou cela.

À l’anxiété générée par le Covid-19, qui a impacté durement la santé mentale de la population et plus particulièrement celle des jeunes, ne cédons pas à des peurs irrationnelles qui nous empêcheraient de pleinement se retrouver.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 11 juin 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en