Accéder au contenu principal

Bien commun

eau

Au cœur des années 70, les chocs pétroliers ont montré combien notre dépendance au pétrole pouvait peser sur les économies occidentales et le pouvoir d’achat des ménages. Quelque 50 ans plus tard, la guerre en Ukraine et le retour de l’inflation partout dans le monde montrent, à nouveau, combien notre dépendance aux énergies fossiles est problématique et combien il est urgent de diversifier nos sources d’énergie et engager une transition énergétique. Mais les problèmes que nous rencontrons avec l’or noir ne sont rien face aux défis que pose l’or bleu, c’est-à-dire l’eau.

Fonte des neiges et des glaces, élévation du niveau de la mer qui engloutit déjà certaines îles, épisodes caniculaires plus intenses et plus longs – comme celui que la France vient de vivre, le plus précoce jamais enregistré – sécheresses plus dures, etc. Les conséquences du réchauffement climatique sur les réserves en eau et donc sur la vie des millions d’humains sur la planète sont de plus en plus tangibles et de plus en plus fortes, soulignés régulièrement par les nombreux rapports des scientifiques dont ceux du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC). Ainsi l’ONU pointe que 2,2 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’eau potable, 80 % des eaux usées dans le monde sont rejetées dans l’environnement sans traitement, plus de la moitié de la population mondiale (soit 4,2 milliards de personnes), manque de services d’assainissement, le stress hydrique affecte 2 milliards de personnes et ce chiffre risque d’augmenter, les inondations, les sécheresses et les tempêtes ont été à l’origine de près de 90 % des catastrophes naturelles et l’agriculture représente près de 70 % des prélèvements d’eau.

Ces constats, implacables, nous obligent non seulement à mesurer l’ampleur des problèmes – sans eau pas de vie – mais aussi à les résoudre si l’on veut éviter que dans les décennies qui viennent, le monde ne connaisse une hausse du nombre de réfugiés climatiques voire des « guerres de l’eau » dans certaines parties du monde.

L’accès à l’eau – et donc sa préservation – est désormais un défi majeur pour l’humanité. C’est la raison pour laquelle le 28 juillet 2010, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution intitulée « Le droit de l’Homme à l’eau et à l’assainissement ». Après la Décennie internationale d’action « L’eau, source de vie » (2005-2015), l’ONU a lancé en 2018 la décennie « L’eau et le développement durable ». Car c’est bien l’équilibre entre les besoins humains et le respect des écosystèmes qui doit être recherché.

Derrière cet objectif global, il existe des milliers d’actions locales que l’académicien Eric Orsenna avait longuement répertoriées dans « L’avenir de l’eau » (éd. Fayard), second volet de son « Petit précis de mondialisation » qui l’avait conduit à faire un tour du monde pour découvrir comment la Chine, l’Australie, Israël ou Singapour… géraient l’accès à l’eau. Acteurs institutionnels ou privés, start-up et grandes entreprises, chacun cherche améliorations et innovations. Chez nous, l’Agence de l’eau Adour-Garonne participe remarquablement de ce long travail qui doit être l’affaire de tous. Pour faire de l’or bleu un bien commun partagé par l’humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 27 juin 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en