Accéder au contenu principal

Bis repetita ?

macron

L’histoire est-elle un éternel recommencement ? Cette vaste question, sur laquelle s’écharpent les historiens et planchent parfois les lycéens, se repose ces jours-ci avec la campagne des élections législatives qui arrive à son terme. À deux jours du premier tour de scrutin, Emmanuel Macron semble, en effet, mettre ses pieds dans ceux de son prédécesseur Valéry Giscard d’Estaing avec lequel, dit-on, il a horreur d’être comparé. Et pourtant, en 1978, à l’approche d’élections législatives que le pouvoir giscardien voit menacées par la gauche emmenée par François Mitterrand, VGE entre en campagne et prononce le 27 janvier 1978, à Verdun-sur-le-Doubs, un discours pour remobiliser son camp et attaquer ses adversaires. Devant quelque 25 000 personnes venues l’écouter dans cette petite ville, le président de la République appelle les Français à faire le « bon choix ».

« Le bon choix est dicté par le bon sens. Il faut regarder la réalité en face. Et elle vous répond ces quatre vérités : il faut achever notre redressement économique, il faut que la France puisse être gouvernée, il faut avancer vers l’unité et la justice, il faut assurer le rôle international de la France. Les Français ne vivront pas heureux au paradis des idées fausses » détaille Giscard avant de fustiger le « programme commun » qui « plongerait la France dans le désordre économique » et dénoncer les alliances nouées par les forces de gauche promptes à la division.

Quarante-quatre ans plus tard, Emmanuel Macron et ses troupes utilisent les mêmes ressorts pour dramatiser un scrutin beaucoup plus difficile pour eux que celui de 2017, qui était, lui, porté par la dynamique d’un président disruptif promettant un « nouveau monde ». Depuis plusieurs jours, les ministres et ténors de la majorité présidentielle se succèdent pour mettre en garde contre le péril que représenterait la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), tant sur l’économie, la vie politique et les institutions. Parfois jusqu’à la caricature. Hier dans le Tarn, Emmanuel Macron a repris les accents giscardiens pour demander aux Français de lui accorder une majorité « forte et claire » aux législatives. « Faisons en conscience le choix solide de la clarté républicaine sans concession. Il nous faut suivre la voie de la cohérence, de la compétence et de la confiance », a-t-il intimé, fustigeant les « extrêmes » qui, « par leurs déclarations leur contestation, parfois de la légitimité de l’élection, s’éloignent du champ républicain ».

À quelques heures du scrutin, un tel discours peut-il encore porter alors que, sondage après sondage, la Nupes est donnée au coude-à-coude avec la majorité sortante voire devant elle, et que les projections en sièges, certes toujours périlleuses à réaliser, esquissent une perte de la majorité absolue pour les Macronistes ? En 1978, le discours de Giscard avait eu les effets escomptés et la droite à laquelle on promettait la défaite était sortie victorieuse. Quatre décennies plus tard, avec un pays fracturé comme jamais, miné par une abstention endémique qui s’annonce massive dimanche, fatigué par deux ans de pandémie et inquiet face à l’inflation galopante, pas sûr que le discours de Puycelsi ait les mêmes effets que celui de Verdun-sur-le-Doubs…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 10 juin 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en