Accéder au contenu principal

L’urgence d’une mobilisation

 

drogue

Quand la drogue s’approche de l’école, l’urgence doit être au sursaut, à la mobilisation de tous les acteurs, de la communauté éducative comme de celle qui œuvre pour la sécurité des Français. Que ce soit à l’intérieur même de l’école où elle fait des ravages chez les jeunes comme à l’extérieur où se développent des trafics de stupéfiants, la drogue ne devrait pas avoir droit de cité près des établissements scolaires. Hélas, ce n’est pas le cas et la porosité entre un lieu qui devrait être sinon sacré du moins sanctuarisé comme il se doit et le monde extérieur est inquiétant.

Le dernier exemple en date qui illustre cette dangereuse dérive est survenu en Occitanie, à Nîmes, et aurait dû appeler à une vraie prise de conscience. Dans la préfecture du Gard, une école primaire – l’école Georges-Bruguier, où "Envoyé spécial" a récemment posé ses caméras pour une enquête diffusée sur France 2 – vit au rythme d’une violence continue, encerclée par un trafic de drogue. En deux ans, l’alarme intrusion a été déclenchée plusieurs fois en raison de guetteurs qui traversent la cour et cette violence imprègne désormais les récits des jeunes élèves, témoins de ce trafic et des courses-poursuites qui se déroulent entre dealers et forces de l’ordre. Une telle situation se retrouve hélas dans d’autres métropoles comme Toulouse dans le quartier de la Reynerie ou celui des Izards. À Rennes ou Montpellier on constate aussi que les écoles servent de planques aux trafiquants.

Mais la drogue – et le trafic qui en organise la distribution – ne fait pas seulement que graviter autour des écoles ; elle s’immisce aussi auprès des élèves. Les règlements intérieurs des établissements scolaires peuvent bien rappeler l’interdiction par la loi de l’usage et de la possession de stupéfiants, les jeunes y sont exposés de plus en plus. "Les adolescents français se distinguent de leurs homologues européens par une expérimentation de boissons alcoolisées et de cannabis précoce, bien qu’en net recul [et] par des niveaux de consommation de cannabis qui restent parmi les plus élevés d’Europe en dépit d’une baisse conséquente ces dernières années" relevait en février dernier l’enquête "20 ans d’évolutions des usages de drogues en Europe à l’adolescence", réalisée par l’Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT). À ce constat sur le cannabis, on peut rajouter le poids des drogues de synthèse, celui du protoxyde d’azote contenu dans les siphons à chantilly ou encore d’autres drogues nouvelles comme le snus venu de Suède – des sachets de tabac humide à glisser entre lèvre et gencive et qui créent une rapide addiction.

"Le secteur de l’éducation a pour responsabilité fondamentale de protéger les enfants et les jeunes de la consommation de substances psychoactives. Il doit pour cela prendre une série de mesures dans une approche globale afin de mobiliser l’ensemble du système, en collaboration avec d’autres secteurs, en particulier le secteur de la santé et les autorités de lutte contre la toxicomanie", notait déjà l’Unesco dans un rapport en 2018. Lutter contre cette situation, trafic à l’extérieur, addictions à l’intérieur de l’école suppose évidemment plus de moyens, plus de coordination, et une analyse plus globale, dépassant le seul cadre sécuritaire. Pour l’heure, cette réponse – éminemment politique – n’y est pas.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 14 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat