Accéder au contenu principal

L’urgence d’une mobilisation

 

drogue

Quand la drogue s’approche de l’école, l’urgence doit être au sursaut, à la mobilisation de tous les acteurs, de la communauté éducative comme de celle qui œuvre pour la sécurité des Français. Que ce soit à l’intérieur même de l’école où elle fait des ravages chez les jeunes comme à l’extérieur où se développent des trafics de stupéfiants, la drogue ne devrait pas avoir droit de cité près des établissements scolaires. Hélas, ce n’est pas le cas et la porosité entre un lieu qui devrait être sinon sacré du moins sanctuarisé comme il se doit et le monde extérieur est inquiétant.

Le dernier exemple en date qui illustre cette dangereuse dérive est survenu en Occitanie, à Nîmes, et aurait dû appeler à une vraie prise de conscience. Dans la préfecture du Gard, une école primaire – l’école Georges-Bruguier, où "Envoyé spécial" a récemment posé ses caméras pour une enquête diffusée sur France 2 – vit au rythme d’une violence continue, encerclée par un trafic de drogue. En deux ans, l’alarme intrusion a été déclenchée plusieurs fois en raison de guetteurs qui traversent la cour et cette violence imprègne désormais les récits des jeunes élèves, témoins de ce trafic et des courses-poursuites qui se déroulent entre dealers et forces de l’ordre. Une telle situation se retrouve hélas dans d’autres métropoles comme Toulouse dans le quartier de la Reynerie ou celui des Izards. À Rennes ou Montpellier on constate aussi que les écoles servent de planques aux trafiquants.

Mais la drogue – et le trafic qui en organise la distribution – ne fait pas seulement que graviter autour des écoles ; elle s’immisce aussi auprès des élèves. Les règlements intérieurs des établissements scolaires peuvent bien rappeler l’interdiction par la loi de l’usage et de la possession de stupéfiants, les jeunes y sont exposés de plus en plus. "Les adolescents français se distinguent de leurs homologues européens par une expérimentation de boissons alcoolisées et de cannabis précoce, bien qu’en net recul [et] par des niveaux de consommation de cannabis qui restent parmi les plus élevés d’Europe en dépit d’une baisse conséquente ces dernières années" relevait en février dernier l’enquête "20 ans d’évolutions des usages de drogues en Europe à l’adolescence", réalisée par l’Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT). À ce constat sur le cannabis, on peut rajouter le poids des drogues de synthèse, celui du protoxyde d’azote contenu dans les siphons à chantilly ou encore d’autres drogues nouvelles comme le snus venu de Suède – des sachets de tabac humide à glisser entre lèvre et gencive et qui créent une rapide addiction.

"Le secteur de l’éducation a pour responsabilité fondamentale de protéger les enfants et les jeunes de la consommation de substances psychoactives. Il doit pour cela prendre une série de mesures dans une approche globale afin de mobiliser l’ensemble du système, en collaboration avec d’autres secteurs, en particulier le secteur de la santé et les autorités de lutte contre la toxicomanie", notait déjà l’Unesco dans un rapport en 2018. Lutter contre cette situation, trafic à l’extérieur, addictions à l’intérieur de l’école suppose évidemment plus de moyens, plus de coordination, et une analyse plus globale, dépassant le seul cadre sécuritaire. Pour l’heure, cette réponse – éminemment politique – n’y est pas.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 14 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan