Accéder au contenu principal

Surenchère

 

police

Un homme dans le Gard qui tue son patron avec lequel il a eu un différend et s’enfuie surarmé dans les Cévennes en mode Rambo ; un autre, ancien militaire sous bracelet électronique, auteur de violence conjugale et de tirs contre les forces de l’ordre qui fait de même en Dordogne ; un quadragénaire abattu en pleine rue d’un coup de fusil de chasse dans le paisible village de Saint-Michel en Comminges ; et encore hier un forcené poursuivi en Ardèche après qu’il a abattu son père… Si l’on ajoute à cela la série de règlements de comptes ou d’expéditions punitives à Avignon, Savigny-le-Temple, Lille au cours desquelles des délinquants ont été criblés de balles cette semaine, on obtient une accumulation de faits divers qui ne peut qu’inquiéter et interroger.

Y a-t-il réellement une hausse de ces homicides et violences physiques par rapport aux années, aux décennies précédentes ou ces violences sont-elles mieux répertoriées, mieux enregistrées, et davantage médiatisées qu’avant avec le poids des réseaux sociaux et l’effet de loupe des chaînes d’information en continu ? Y a-t-il – notamment dans les cas des forcenés qui ont marqué l’actualité de ces derniers jours – des éléments expliquant le passage à l’acte, le "pétage de plombs" ? L’impact des mesures sanitaires prises depuis un an pour lutter contre l’épidémie de Covid sur le psychisme de certains a-t-il joué un rôle ? Surtout quelles réponses apporter à tous ces faits, dont les auteurs et les circonstances sont très différents et recouvrent des réalités de terrain très variées ? Et quels moyens doter les forces de l’ordre, la justice mais aussi la médecine psychiatrique pour contrecarrer ces crimes et délits ?

Autant de questions qui mériteraient, d’évidence, un examen minutieux, rigoureux, sans angélisme, quasi-scientifique à partir d’outils statistiques pointus, comme l’indicateur "homicidité" imaginé par le criminologue Alain Bauer pour mieux caractériser la diversité des homicides. Mais ce débat-là, sérieux et serein, paraît aujourd’hui impossible tant la délinquance et l’insécurité emportent un aspect subjectif, émotionnel, humain, et évidemment politique. À un an de l’élection présidentielle, l’insécurité, on le sait, constitue le fonds de commerce électoral de certains, engagés dans une course à la surenchère, les uns parlant d’ensauvagement de la société, d’autres d’un été ou d’un hiver Orange mécanique en référence au film de Stanley Kubrick où une bande de jeunes sombre dans l’ultraviolence gratuite. On a même vu dimanche le n° 2 du parti Les Républicains proposer le rétablissement d’une Cour de sûreté sans appel pour les terroristes, davantage digne d’un pays totalitaire que d’une démocratie respectueuse de l’Etat de droit…

Face à la multiplication des faits divers dans une société où le clash des mots débouche sur la violence physique, la peine des familles des victimes, la mobilisation des forces de l’ordre, la charge croissante des magistrats méritent mieux que des surenchères politiques démagogiques pour répondre aux attentes des Français qui ont placé l’insécurité en tête de leurs préoccupations.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 3 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio