Accéder au contenu principal

Surenchère

 

police

Un homme dans le Gard qui tue son patron avec lequel il a eu un différend et s’enfuie surarmé dans les Cévennes en mode Rambo ; un autre, ancien militaire sous bracelet électronique, auteur de violence conjugale et de tirs contre les forces de l’ordre qui fait de même en Dordogne ; un quadragénaire abattu en pleine rue d’un coup de fusil de chasse dans le paisible village de Saint-Michel en Comminges ; et encore hier un forcené poursuivi en Ardèche après qu’il a abattu son père… Si l’on ajoute à cela la série de règlements de comptes ou d’expéditions punitives à Avignon, Savigny-le-Temple, Lille au cours desquelles des délinquants ont été criblés de balles cette semaine, on obtient une accumulation de faits divers qui ne peut qu’inquiéter et interroger.

Y a-t-il réellement une hausse de ces homicides et violences physiques par rapport aux années, aux décennies précédentes ou ces violences sont-elles mieux répertoriées, mieux enregistrées, et davantage médiatisées qu’avant avec le poids des réseaux sociaux et l’effet de loupe des chaînes d’information en continu ? Y a-t-il – notamment dans les cas des forcenés qui ont marqué l’actualité de ces derniers jours – des éléments expliquant le passage à l’acte, le "pétage de plombs" ? L’impact des mesures sanitaires prises depuis un an pour lutter contre l’épidémie de Covid sur le psychisme de certains a-t-il joué un rôle ? Surtout quelles réponses apporter à tous ces faits, dont les auteurs et les circonstances sont très différents et recouvrent des réalités de terrain très variées ? Et quels moyens doter les forces de l’ordre, la justice mais aussi la médecine psychiatrique pour contrecarrer ces crimes et délits ?

Autant de questions qui mériteraient, d’évidence, un examen minutieux, rigoureux, sans angélisme, quasi-scientifique à partir d’outils statistiques pointus, comme l’indicateur "homicidité" imaginé par le criminologue Alain Bauer pour mieux caractériser la diversité des homicides. Mais ce débat-là, sérieux et serein, paraît aujourd’hui impossible tant la délinquance et l’insécurité emportent un aspect subjectif, émotionnel, humain, et évidemment politique. À un an de l’élection présidentielle, l’insécurité, on le sait, constitue le fonds de commerce électoral de certains, engagés dans une course à la surenchère, les uns parlant d’ensauvagement de la société, d’autres d’un été ou d’un hiver Orange mécanique en référence au film de Stanley Kubrick où une bande de jeunes sombre dans l’ultraviolence gratuite. On a même vu dimanche le n° 2 du parti Les Républicains proposer le rétablissement d’une Cour de sûreté sans appel pour les terroristes, davantage digne d’un pays totalitaire que d’une démocratie respectueuse de l’Etat de droit…

Face à la multiplication des faits divers dans une société où le clash des mots débouche sur la violence physique, la peine des familles des victimes, la mobilisation des forces de l’ordre, la charge croissante des magistrats méritent mieux que des surenchères politiques démagogiques pour répondre aux attentes des Français qui ont placé l’insécurité en tête de leurs préoccupations.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 3 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan