Accéder au contenu principal

Nouveau regard

 

alzheimer

C’est sans doute l’une des maladies qui effraient le plus tant elle touche au plus intime, à ce qui, finalement, constitue un être humain. La maladie d’Alzheimer, cette maladie neurodégénérative dont l’une des conséquences est la perte de la mémoire, des connaissances, ce qui caractérise et rend unique chaque individu, est redoutée par chacun d’entre nous. Les souvenirs finissent par s’étioler, la réalité se trouble à en devenir confuse, on reconnaît plus difficilement puis plus du tout les plus proches membres de sa famille, épouse ou mari, enfants, amis ou personnels soignants. Et la plongée dans cet abîme, dans cet inconnu, presque cette réalité parallèle que subit le malade concerne aussi ses proches, ses aidants dont certains lui consacrent une large partie de leur temps.

Face à cette maladie encore mystérieuse, deux événements viennent redonner l’espoir. D’abord, l’autorisation donnée par l’Agence américaine des médicaments (FDA) au laboratoire pharmaceutique Biogen pour commercialiser son médicament, l’Aduhelm. Certes, il ne s’agit pas d’un médicament miracle, son administration relève d’un protocole très contraignant et ne concernera que certains malades, dans des stades précoces de la maladie. Mais ce médicament, le premier autorisé depuis dix-sept ans, suscite l’espoir car il pourrait ouvrir la voie à d’autres traitements.

Le second événement qui a sensibilisé le grand public à la maladie d’Alzheimer est le récent film multi-oscarisé de Florian Zeller, "The Father" (le père), adaptation de la pièce de théâtre éponyme. Anthony Hopkins y campe un octogénaire atteint de la maladie d’Alzheimer qui voit son monde se déliter jour après jour dans le huis clos de son appartement londonien. Si le film a un tel impact, c’est que, pour la première fois, on voit ce monde par les yeux du malade ; on perçoit ainsi comme jamais auparavant comment s’instille la confusion, comment se défait la mémoire ou au contraire comment remontent à la surface des souvenirs d’enfance, comment la concentration de plus en plus difficile se focalise de manière obsessionnelle sur un objet, une montre, et, surtout, comment les visages des proches se brouillent, finissant par devenir interchangeables et brumeux… Ce film saisissant permet de comprendre à la fois la dureté de la maladie mais aussi le bouleversement, le choc qu’elle produit chez les aidants. Des aidants qui ont été particulièrement touchés par l’épidémie de Covid-19, confrontés des mois durant aux difficultés face aux structures fermées et à la solitude.

Un médicament qui pourrait améliorer la vie des malades, un film qui éclaire la société sur les réalités de la maladie : deux raisons qui rallument l’espoir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 10 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio