Accéder au contenu principal

Le chemin de la (Re)conquête

 

macron

Le passage au quinquennat du mandat présidentiel et l’accélération du temps médiatique sous la pression des réseaux sociaux et des chaînes d’information en continu ont considérablement resserré le temps politique. À telle enseigne que l’élection présidentielle – la seule avec les municipales à mobiliser encore un électorat toujours plus abstentionniste – est devenue quasiment l’unique point d’ancrage de la vie politique française et l’obsession permanente de tous les états-majors. Les élections régionales, dont la campagne officielle a démarré hier, en font d’ailleurs les frais, bousculées par les sujets régaliens, les stratégies et les polémiques nationales qui ne concernent pas les compétences des régions mais dessinent bien déjà ce qui alimentera la campagne présidentielle de 2022. Un an avant l’échéance, toute la classe politique – certains en meilleure forme que d’autres, les traces du big-bang de 2017 n’ayant pas été réparées – est, en effet, dans les starting-blocks pour la présidentielle. Et Emmanuel Macron en tête.

En déplacement aujourd’hui et demain dans le Lot, ce département à ses yeux symbole d’une ruralité heureuse, le Président ne va pas seulement lancer son tour de France pour prendre le pouls du pays à l’heure du déconfinement, il va, d’évidence, lancer le prologue de sa campagne électorale pour un second mandat. Après la grande marche qu’il avait organisée en 2016 pour dresser le diagnostic du pays et se lancer à l’assaut de l’Elysée ; après le grand débat national qu’il avait imaginé pour répondre à la crise des Gilets jaunes en 2018, après aussi le grand débat sur la réforme des retraites qui a été stoppé net par la crise sanitaire, Emmanuel Macron renoue avec un exercice de terrain qu’il affectionne ; un exercice qui va aussi lui permettre d’enjamber des élections régionales qui s’annoncent mauvaises pour sa majorité.

Le président de la République, qui n’a pas renoncé par ailleurs à poursuivre son entreprise de déstabilisation de ses adversaires – hier la gauche, aujourd’hui la droite avec un sens aigu de la triangulation – entend aussi capitaliser sur la sortie de la crise sanitaire au contact des Français. Le choix du quoi qu’il en coûte depuis mars 2020, le pari d’un déconfinement précoce, la montée en puissance de la campagne vaccinale, le calendrier réussi jusqu’à présent de la réouverture des commerces et lieux de culture permettent à Emmanuel Macron de consolider un socle de popularité qui, à 40 % d’opinions favorables, est inédit à cet instant du quinquennat.

Inédit mais fragile car le pays reste fracturé, "archipellisé" pour reprendre l’analyse de Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifop. Emmanuel Macron l’a bien compris, qui segmente sa communication tous azimuts en fonction des publics, entre le concours d’anecdotes avec des Youtubeurs – les 18-35 ans constituant un enjeu clé de 2022 – un entretien fleuve au magazine Zadig, et désormais les rencontres de son tour de France. Reste pour le chef de l’Etat à esquisser un projet fédérateur, à trouver les mots – en évitant ses petites phrases – pour parler à une hypothétique "France unie" qui est si loin de l’être. Il reste 10 mois pour trouver le chemin de la reconquête des Français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 2 juin 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan