Accéder au contenu principal

Principe de réalité

pesticide


Le glyphosate est décidément l'un de ces dossiers autour desquels se joue une bataille qui paraît sans fin. Les arguments des pro et anti ont été tellement entendus, brassés, médiatisés, ressassés et caricaturés qu'entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance sont sujettes à caution, le citoyen lambda peine à s'y retrouver. Si l'on ajoute les études scientifiques contradictoires et une ribambelle de fake news sur les réseaux sociaux qui polluent et hystérisent le débat, on obtient un dossier miné dont on peine à voir un débouché apaisé.

Le rapport de la mission d'information parlementaire chargée d'évaluer le plan gouvernemental de sortie du glyphosate, conduite par deux députés LREM, Jean-Luc Fungit et Jean-Baptiste Moreau, permettra-t-il d'y voir plus clair ? Rien n'est moins sûr, mais il a au moins le mérite de dire quelques vérités. Et la première d'entre elle est que la mise en place – forcément louable – du principe de précaution dans l'usage de pesticides ne peut se faire sans la prise en compte d'un principe de réalité. La réalité que pointent les deux parlementaires est que, compte tenu de l'utilisation importante par les agriculteurs du glyphosate – pesticide aussi bon marché que redoutablement efficace –, toute suppression se traduira par un coût élevé pour les exploitants. Entre la main-d'œuvre, le carburant et les investissements, certaines exploitations verraient ainsi leurs charges augmenter de 50 à 150 euros l'hectare. Impensable pour des agriculteurs dont la majorité connaît de réelles difficultés économiques.

Surtout, pour tenir l'objectif de « sortir de l'essentiel des usages au 1er janvier 2021, et de tous les usages au 1er janvier 2023 » comme l'a rappelé la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, les deux députés estiment qu'il est « inconscient d'attendre le 31 décembre 2020 » pour savoir « quelles situations culturales » devront obligatoirement cesser d'utiliser l'herbicide le 1er janvier 2021 et celles qui pourront bénéficier d'un délai. Autrement dit, à une si brève échéance d'un bouleversement des pratiques, rien ne semble avoir été anticipé… De là à dire que l'interdiction du glyphosate n'a été qu'un effet d'annonce politique plutôt qu'une réelle démarche pour trouver des solutions de remplacement, il n'y a qu'un pas que les deux députés membres de la majorité franchissent presque…

En tout cas, à moins de deux ans de l'échéance d'interdiction, il serait peut-être temps de poser aussi clairement et calmement que possible les enjeux. Comment supprimer le glyphosate, quelles alternatives sont possibles, quelles aides faudra-t-il débloquer, quelle harmonisation européenne peut-on espérer ? Des questions qu'il devient urgent de régler.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 13 novembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio