Accéder au contenu principal

Exigence d'équité

tgv


Une ligne à grande vitesse (LGV) sans discontinuer reliera-t-elle enfin un jour Paris et Toulouse, quatrième ville de France ? Un TGV pourra-t-il demain rapprocher Montpellier de Perpignan et poursuivre même vers Barcelone ? Ces questions, lancinantes, les habitants d'Occitanie se les posent depuis bien trop longtemps. À telle enseigne que l'infinie patience dont ils ont fait preuve jusqu'à présent pourrait légitimement laisser la place à la colère. Car depuis des années, de promesses non tenues en délais sans cesse allongés, l'Occitanie, deuxième région de France avec ses plus de 5 millions d'habitants, est laissée sur la touche du développement du train à grande vitesse.

Les deux LGV en question sont pourtant réclamées de façon constante et régulière par une écrasante majorité des habitants. Il y a deux ans, un sondage Ifop-La Dépêche montrait que 88 % d'entre eux souhaitaient ces deux projets… mais que 52 % craignaient que l'Etat ne tienne pas ses engagements. Tristement prémonitoire…

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir été très conciliant. Les élus d'Occitanie de tous bords, majoritairement unis autour des deux projets, n'ont cessé de faire des propositions, notamment pour le financement des lignes. Les collectivités ont payé par ailleurs nombre d'études et même subventionné la ligne TGV Paris-Bordeaux qui connaît un évident succès. Ces deux LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan s'inscrivent par ailleurs dans l'architecture globale du train en Occitanie où la Région a fait d'énormes efforts sur les trains du quotidien, notamment avec une SNCF qui n'a pas toujours été au rendez-vous. L'articulation entre TGV et TER est évidemment l'une des clés pour proposer aux habitants l'offre de transports qu'ils attendent, en phase avec la lutte contre le réchauffement climatique et permettant un aménagement du territoire harmonieux qui ne laisse personne isolé.

Carole Delga aurait pu dire tout cela au nouveau secrétaire d'Etat au Transport Jean-Baptiste Djebbari ce mercredi si leur rendez-vous n'avait été reporté au 4 décembre. On n'est plus à quelques jours près après des années d'attente…

Mais si la présidente PS de la Région monte à ce point au créneau sur ce sujet, c'est aussi parce qu'il dépasse évidemment le seul domaine du transport. Les tergiversations autour des LGV occitanes laissent, en effet, la désagréable impression que notre région reste moins bien traitée que d'autres. Derrière les LGV se jouent ainsi deux visions de la France, l'une où tout se déciderait à Paris, l'autre où les régions auraient une certaine capacité d'initiative. Cette ligne de fracture, certes ancienne, a profondément marqué les débuts du quinquennat d'Emmanuel Macron et a nourri à l'évidence le mouvement des Gilets jaunes. Le président de la République, qui (re) découvre l'importance des élus locaux, a assuré depuis vouloir un nouvel acte de décentralisation. Sans doute parce que la question des territoires sera au cœur des enjeux électoraux des prochaines années. Emmanuel Macron le sait ; Carole Delga aussi…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 23 novembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en