Accéder au contenu principal

Sparadrap

macron

Faudrait-il, comme l’appellent de leurs vœux les juristes Marie Gren et Julien Padovani dans une récente tribune au Monde, diffuser une plus grande culture constitutionnelle par une formation offerte dès le plus jeune âge à l’école ? En tout cas la question se pose depuis que les Français ont découvert, à l’occasion de l’examen devant le Parlement du projet de loi de réforme des retraites, les subtilités des articles de la Constitution et les méandres obscurs et pointilleux du règlement de l’Assemblée nationale. Article 47.1, vote bloqué, article 49.3, motion de censure, amendements et sous-amendements, commission mixte paritaire, etc. N’en jetez plus !

Bien conscient de ne pas disposer de majorité à l’Assemblée, le camp présidentiel, depuis la présentation en janvier de cette réforme toujours massivement rejetée par les Français, a usé de tous les articles et de toutes les procédures possibles – parfois au mépris des usages et des jurisprudences de la vie parlementaire – pour escamoter le débat, en limiter le temps et, surtout, empêcher un vote au palais Bourbon qu’il savait qu’il perdrait…

Le dépôt d’une proposition de loi Liot pour abroger la loi promulguée mi-avril a remis une pièce dans la machine et, la semaine dernière, nous avons eu droit aux mêmes prises de becs et prises de tête entre la Macronie et ses oppositions, la première voulant tout faire pour empêcher et un débat et un vote qu’elle est assurée de perdre, tandis que les secondes, à l’unisson des syndicats, estiment qu’un vote est nécessaire sur une réforme de cette ampleur. Pour l’heure les députés partisans de la réforme sont parvenus à supprimer en commission des Affaires sociales l’article 1 qui veut abroger le report de l’âge de départ à 64 ans. Article qui devra donc être réintroduit dans l’hémicycle jeudi 8 juin par le groupe Liot… avant vraisemblablement d’être stoppé net par la présidente de l’Assemblée nationale, au prétexte qu’il contreviendrait à l’article 40 de la Constitution qui veut qu’un amendement ne peut créer de nouvelles charges financières pour l’État non compensées par d’autres ressources. Plus de débat, plus de vote… Yaël Braun-Pivet, mise sous pression depuis des jours par l’exécutif, va-t-elle céder ou défendre comme elle le prétend les prérogatives de l’Assemblée face aux injonctions du pouvoir exécutif ?

Quoi qu’il se passe, cette réforme des retraites apparaît de plus en plus comme un sparadrap dont Emmanuel Macron va avoir du mal à se débarrasser. En brusquant les partenaires sociaux comme les députés, c’est-à-dire en bousculant la démocratie sociale et la démocratie parlementaire, le chef de l’État, convaincu d’avoir raison seul contre tous, s’est aliéné une majorité de la population, les syndicats et de potentiels alliés politiques. L’exécutif est persuadé que, le temps faisant, la lassitude l’emportera et que la page des retraites finira par se tourner pour passer à autre chose. Certes mais quoi ? La feuille de route des « cent jours », aussi pléthorique soit-elle avec des mesures concrètes, peine à dessiner un projet de société à même d’entraîner les Français.

À l’heure des grandes transformations du monde, géopolitiques, numériques, écologiques, il manque une vision d’ensemble. Celle qu’Emmanuel Macron n’a pas su ou voulu développer pendant la campagne présidentielle. Celle qu’il devra pourtant bien formuler le 14 juillet, terme des « cent jours », pour remettre sur les rails un quinquennat qui semble toujours aussi enlisé.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 5 juin 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l