Accéder au contenu principal

Bascule

orage


La France s’est depuis longtemps habituée à vivre des épisodes cévenols, ces pluies intenses nées de la rencontre de l’air chaud et humide de la Méditerranée avec l’air froid des dépressions océaniques venues du golfe du Lion, qui se traduisent par de fortes précipitations et des inondations parfois spectaculaires et meurtrières dans le sud de la France. L’intensité de ces phénomènes s’est d’ailleurs accentuée ces dernières années. En revanche, la France est moins habituée à voir de violents orages la frapper sur plusieurs jours, sur plusieurs régions, accompagnés parfois de chutes de grêle dévastatrices, notamment pour les cultures, voire de mini-tornades.

Ces phénomènes peuvent-ils s’expliquer par le réchauffement climatique ? Oui et non. Oui car les différents rapports du Giec indiquent qu’une augmentation du risque de précipitations extrêmes au cours du XXIe siècle est probable. L’Organisation météorologique mondiale rappelle de son côté que « les précipitations journalières extrêmes s’intensifieront d’environ 7 % pour chaque degré de réchauffement planétaire supplémentaire ».

Non, car concernant spécifiquement les orages, la grêle ou les tornades, les scientifiques manquent de données. « Concernant la potentielle augmentation du risque d’orages du fait du réchauffement climatique, il n’y a pas encore aujourd’hui d’éléments scientifiques qui permettraient de le conclure », a récemment déclaré Virginie Schwarz, PDG de Météo-France.

Si l’influence du réchauffement climatique sur des phénomènes météorologiques comme les ouragans, les canicules ou les fortes pluies fait l’unanimité parmi les scientifiques, une inconnue persiste donc sur les orages, dont la prévision et la localisation sont un véritable défi tant ce phénomène est complexe, même si l’amélioration constante des modèles numériques permettra d’être de plus en plus précis et de pouvoir alerter de plus en plus finement les populations.

Les scientifiques ont toutefois l’intuition que les orages violents de ces derniers jours constituent « une sorte d’avant-goût de ce qui nous attend », selon l’expression de François Gemenne, expert du Giec, qui estime que la France va passer irréversiblement d’un climat tempéré à un climat méditerranéen. C’est cette bascule qu’il faut avoir à l’esprit pour se préparer dans les années à venir à adapter notre économie, notre agriculture, notre urbanisme, nos modes de vie.

Cette réflexion pour le long terme doit aussi s’accompagner sur le court terme d’une solidarité sans faille envers tous ceux qui sont victimes de phénomènes météo extrêmes, comme ces derniers jours les habitants du Gers ou du Tarn-et-Garonne.*

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22 juin 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l