Accéder au contenu principal

Le revers de l'ambition

qatar

La coupe du monde de football qui commence ce dimanche au Qatar va mettre les projecteurs sur ce petit émirat qui, depuis près de trente ans, ne poursuit qu’un objectif : jouer dans la cour des grands. On ne doit ce dessein, rendu possible par les milliards de dollars du pétrole et du gaz dont regorge le sous-sol du pays, que par la farouche volonté d’indépendance affichée par la famille régnante Al Thani, au pouvoir depuis 1971, mais aussi par la vision du père de l’émir actuel qui a compris que la diversification de son économie et l’ouverture au monde de son pays étaient la clé de l’avenir.

Depuis 1995, le Qatar déploie, en effet, une méticuleuse stratégie d’influence, un soft power qui a commencé par la chaîne d’information en continu Al Jazeera et s’est poursuivi une décennie plus tard par la création du richissime fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA). Doté de 460 milliards de dollars, il investit partout dans le monde dans les transports et les industries, la finance et l’immobilier, les médias et, donc, le sport.

À cette frénésie s’ajoute une intense et singulière activité diplomatique. Dans une position de pivot entre l’Arabie saoudite et l’Iran, le Qatar se targue de pouvoir parler à tous et de soutenir qui bon lui semble – on l’a ainsi vu appuyer certains des printemps arabes en 2011 – pour devenir un interlocuteur incontournable au Moyen-Orient, dans les pays arabes et de l’Occident où il paye rubis sur l’ongle avions de chasse et armements.

L’attribution en 2010 de la coupe du monde de 2022 a constitué l’apothéose de cette stratégie. Être le premier pays arabe à accueillir cette compétition consacrait l’émirat comme un pays qui pèse. C’était sans compter sur un terrible effet boomerang qui bouscule aujourd’hui le Qatar, comme le revers d’une ambition jusqu’à présent toujours couronnée de succès. Car ce qui pouvait passer il y a 12 ans ne passe plus aujourd’hui et l’émirat se retrouve noyé sous un flot de critiques.

Des soupçons de corruption au sort des travailleurs migrants dont plus de 6 500 sont morts sur les chantiers des stades, de l’impact environnemental de la compétition au non-respect des droits de l’Homme et des homosexuels, en passant par la place des femmes et les appels internationaux au boycott, le petit émirat – qui a mal anticipé l’exposition médiatique d’une coupe du monde – est attaqué de toutes parts et crie à l’injustice. Il est vrai pour sa défense que ses contempteurs, qui s’indignent bien tardivement et parfois même après avoir largement profité de ses pétrodollars, étaient cyniquement bien moins regardants pour la coupe du monde de la Russie, et que le Qatar, s’il conserve des pratiques intolérables quant aux droits humains, a progressé et entamé des réformes qui sont absentes chez ses voisins.

Contrairement à ce qu’à dit hier Emmanuel Macron qui ne veut pas « politiser le sport », la coupe du monde de football – tout comme les JO – a toujours été un acte politique, de géopolitique même car elle reste l’un des rares événements où le monde entier se retrouve et se regarde. Elle dit aussi une vérité sur l’époque et sur des pratiques qui, en l’occurrence, devront évoluer. Mais cela ne peut être que l’affaire de tous et, à quelques heures du premier coup de sifflet, pas seulement du Qatar ou des joueurs. En revanche, ces derniers sont bien légitimes pour rappeler à tous qu’ils sont porteurs des valeurs du sport où les discriminations n’ont pas leur place.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 18 novembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en