Accéder au contenu principal

Au pied du mur

 

chauffage

Lorsqu’Élisabeth Borne a dévoilé le plan de sobriété énergétique du gouvernement, le 6 octobre dernier, les Français avaient la tête ailleurs, davantage préoccupés par la hausse des prix alimentaires ou des carburants. Les températures étaient, de plus, quasi printanières ce jour-là, bien au-dessus des moyennes saisonnières. En Occitanie, elles étaient même au-delà des 20 °C avec des pics à 26° à Perpignan, 25° à Montpellier, 23° Toulouse… Autant dire que l’hiver semblait bien loin et avec lui les interrogations pour se chauffer au meilleur prix compte tenu de l’inflation galopante affectant les énergies. Les appels gouvernementaux à la sobriété énergétique, relayés par la campagne un brin paternaliste « Je baisse, j’éteins, je décale », semblaient aussi tomber à plat.

Mais depuis, les températures ont singulièrement baissé et la France se retrouve bel et bien au pied du mur pour affronter le défi énergétique de cet hiver. Le gouvernement peut se targuer – à raison – d’avoir mis en place de nombreuses aides financières pour limiter à 15 % la hausse des prix du gaz et de l’électricité qui va intervenir le 1er janvier, pour aider les Français qui se chauffent encore au fioul, ou pour contribuer à installer des thermostats.

Depuis l’automne 2021, le déploiement du « boucler tarifaire » sur l’énergie (en incluant les ristournes carburant) a déjà coûté quelque 24 milliards d’euros à l’État. Un « quoiqu’il en coûte » conséquent, qui va s’élargir aux entreprises, au point qu’il a fini ce mardi par inquiéter le Fonds monétaire international (FMI) qui a appelé la France à y mettre un terme en 2023… Mais un quoiqu’il en coûte forcément utile pour les Français qui s’inquiètent de voir la part de leur budget consacrée à l’énergie bondir au-delà des 10 %.

Pour éviter l’explosion de leur facture, les Français ont d’ores et déjà adopté la sobriété et les éco-gestes, fixant à 19° la température dans leur logement, ou surveillant leur consommation grâce aux nouveaux outils numériques. Certains ont même anticipé des travaux d’isolation ou de changement de chaudière. Des efforts mesurés par exemple par RTE qui a constaté une diminution de la consommation d’électricité de l’ordre de 5 à 7 % par rapport à son niveau de 2019.

À cette sobriété « choisie » par la force des choses fait écho une sobriété « subie » de longue date par les Français qui sont en situation de précarité énergétique. Les associations estiment, en effet, que 20 % des Français – soit 12 millions de personnes – sont concernés par cette insupportable précarité énergétique qui a de lourdes conséquences. D’après une étude économétrique de l’OFCE, le fait d’habiter dans un logement difficile à chauffer accroît de 50 % le risque de se déclarer en mauvaise santé… Il y a donc plus que jamais urgence à s’attaquer à ce mal-logement et en premier lieu aux passoires thermiques. Un défi au long cours comme l’a rappelé Elisabeth Borne à l’Assemblée, en estimant que la sobriété, et tout ce qu’elle implique comme politiques socio-économiques, énergétiques et environnementales, « n’est pas la mode d’un hiver. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 23 novembre 2022).

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en