Accéder au contenu principal

Dernière séance ?

cinema

C’était le 10 décembre 2020. Le Premier ministre Jean Castex indiquait qu’il n’y aurait plus de confinement mais un couvre-feu de 20 heures à 6 heures Les musées, les théâtres et les salles de cinéma ne pourraient donc pas rouvrir le 15 décembre comme cela était initialement prévu. Un crève-cœur pour le monde du cinéma brutalement mis à l’arrêt par la pandémie de Covid-19. Invité à réagir aux annonces gouvernementales, l’acteur et réalisateur Matthieu Kassovitz jette un pavé dans la mare en estimant que les salles de cinéma ne sont « pas essentielles » en pleine épidémie. « Je pense que le futur du cinéma n’est plus là, c’est comme se battre pour qu’une espèce animale ne disparaisse pas », assène l’enfant terrible du cinéma français.

Des propos alors à contre-courant de toute la profession dont beaucoup de membres, notamment les intermittents et tous ceux qui sont derrière les caméras, ont été très affectés par le Covid et l’arrêt des tournages et des cinémas. Mais des propos qui illustraient aussi cette nouvelle étape qui se présentait au cinéma. Car ce n’est pas la première fois que le cinéma est donné pour mort. Le passage du cinéma muet au cinéma parlant, l’arrivée de la télévision, le boom du piratage avec l’arrivée d’internet à haut débit, et enfin l’essor des plateformes de vidéo à la demande par abonnement : à chaque fois, ces évolutions font dire que le cinéma est fini. Louis Lumière lui-même aurait lâché que « le cinéma est une invention sans avenir » peu après la première projection de « L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat ». C’était en 1896. Et pourtant, le cinéma est toujours là.

cinema

Aujourd’hui, après deux années de pandémie qui ont cloîtré les spectateurs chez eux, le cinéma – et donc les salles de cinéma – doit faire son introspection pour mesurer quelle est la nouvelle donne. 

D’un côté, des plateformes de vidéo à la demande américaines surpuissantes (Netflix, Amazon Prime video, Disney +, Apple TV +), renforcées par les confinements du Covid et disposant de moyens considérables pour réaliser des séries à la chaîne et attirer aussi les plus grands cinéastes pour des films qui n’ont rien à envier à ceux des studios classiques. Le tout pour le prix d’une place de cinéma… par mois. Des (télé) spectateurs qui, à coups d’écrans plats de plus en plus grands et de moins en moins chers, peuvent avoir chez eux un « home cinema » qui n’égale pas l’écran d’une salle mais surpasse largement la petite télé d’autrefois. Dès lors pourquoi sortir ? 

De l’autre côté des salles de cinémas qui ont massivement investi pour proposer la meilleure expérience. Son exceptionnel, écrans XXL, sièges vibrants : les multiplexes rivalisent de technologies bluffantes… au prix d’une augmentation faramineuse du prix de la place. Sur un autre versant, les cinémas indépendants ont eux aussi investi pour adapter les salles et y organiser des animations.

Dans un pays qui aime le cinéma et a su créer un système de financement singulier, la salle de cinéma peut redevenir le lieu de rencontre et de partage, à condition que le monde du cinéma se réinvente et peut-être même se recentre sur l’essentiel : l’émotion qu’il nous procure dans une salle obscure, les histoires qu’il nous raconte, les réflexions qu’il nous invite à avoir sur nos vies comme sur la marche du monde. La mort du cinéma, c’est plutôt sa transformation, sa réinvention. L’heure de la dernière séance n’est pas encore arrivée.

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en