Accéder au contenu principal

Larmes à l'oeil

myopie

C’est une épidémie silencieuse sur laquelle nous aurions tort d’être… aveugles : en 2050 dans le monde, près de la moitié de la population sera myope. Selon les projections, 5 milliards de personnes dans le monde pourraient ainsi être frappées de myopie d’ici à 2050, contre 2,5 milliards aujourd’hui. Actuellement, l’Asie de l’Est est la région du monde la plus concernée avec entre 56 et 80 % de la population myope contre 35 % aux États-Unis et 33 % en Europe. En France, environ 35 % de la population souffre de ce trouble visuel le plus courant qui altère la vision de loin. Si elle se corrige aisément par le port de lunettes, de lentilles ou par des opérations au laser aujourd’hui parfaitement fiables, la myopie est loin d’être anodine et peut déboucher sur des complications. La myopie augmente ainsi le risque de décollement de la rétine, d’une cataracte précoce et de glaucome, qui est multiplié par deux chez les myopes et par cinq chez les myopes forts. Et elle constitue la quatrième cause de cécité.

Dès lors les premières journées nationales d’information et de dépistage de la myopie, organisées depuis lundi et jusqu’à ce vendredi par l’Institut d’Éducation Médicale et de Prévention (IEMP), sont importantes pour informer les Français, qui connaissent encore mal la myopie, et pour la dépister. Un dépistage d’ailleurs capital chez les enfants où la progression de ce trouble inquiète les spécialistes. La première grande étude épidémiologique française sur la myopie, réalisée en 2021 par le groupe Krys et le CHU de Poitiers, a montré, en effet, que 20,5 % des moins de 18 ans étaient touchés soit un enfant sur cinq et même un sur deux à 17 ans… La myopie affecte leur développement, l’ensemble de leurs compétences motrices, cognitives ou affectives et donc potentiellement leur scolarité. Plus une myopie apparaît tôt, plus elle risque d’évoluer rapidement vers des formes sévères à l’âge adulte ; il est donc important de la corriger dès que possible voire de la freiner dans certains cas.

Cette progression de la myopie interroge en tout cas car elle n’est pas seulement imputable à des prédispositions génétiques ; elle peut aussi apparaître au fil des ans en raison de nos habitudes de vie – on parle de myopie comportementale – et plus particulièrement de notre usage des écrans. Des chercheurs de l’Université australienne de Flinders ont démontré que l’usage répété d’écrans (tablettes, smartphones, ordinateurs) favorise la myopie car avec la lumière bleue qu’ils émettent, ils perturbent le cycle circadien et provoque un décalage du temps de sommeil. Il est donc important de limiter le temps passé derrière ses écrans, notamment le soir, mais aussi de pratiquer des activités physiques et de plein air.

Des conseils répétés depuis plusieurs années mais qui peinent à être suivis tant notre société de plus en plus numérisée a multiplié les écrans. Dans sa vaste étude « France, portrait social » 2022 publiée mardi, l’Insee indique ainsi que 27 % des enfants de moins de deux ans et 54 % des moins de 5 ans et demi utilisent des écrans. Alors demain, tous myopes ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 24 novembre 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en