Accéder au contenu principal

Quelles mobilités ?

essence

Plus encore que les années précédentes, les observateurs pronostiquaient une rentrée politique très chaude, notamment en raison d’une Assemblée nationale renouvelée dans laquelle la majorité présidentielle n’était que relative. Les débats virulents, l’usage répété de l’article 49.3 par le gouvernement pour adopter les textes budgétaires et les polémiques diverses ont, d’évidence, contribué à une ambiance électrique sans toutefois atteindre le blocage. La « vraie » rentrée chaude pourrait dès lors intervenir en janvier.

Car c’est à ce moment-là que plusieurs éléments vont tendre le corps social : dans un contexte où l’inflation devrait se maintenir à un haut niveau, notamment sur l’alimentaire, les Français vont devoir faire face à la fin de la ristourne pour tous sur les carburants – celle du gouvernement comme celle de Total Energies – mais aussi à une hausse de 15 % des prix du gaz et de l’électricité, heureusement limitée par le bouclier tarifaire. Si l’on ajoute la controversée réforme des retraites qui pourrait arriver devant le Parlement à ce moment-là et un hiver rigoureux qui contraindrait les Français à dépenser davantage pour se chauffer, on a tous les ingrédients d’une période de fortes turbulences pour le gouvernement.

Sans préjuger de ce qui se passera vraiment, la question des prix des carburants reviendra en tout cas en première ligne car sans les ristournes auxquelles nous nous sommes habitués depuis avril dernier, les stations-service vont à nouveau afficher des prix dépassant allègrement les 2 euros le litre voire davantage en fonction des cours du pétrole, dont l’Opep + a refusé d’augmenter la production. Autant dire qu’il s’agira d’un retour à la case départ de l’essence (très) chère, insupportable pour les millions de Français qui ont besoin de leur voiture faute de disposer de transports en commun suffisants et efficaces. Le gouvernement, qui aura dépensé quelque 7,5 milliards d’euros pour les ristournes carburant, entend mettre en œuvre un nouveau dispositif plus vertueux, ciblé sur les « gros rouleurs » et les ménages les plus modestes. Aussi complexe soit-elle, cette mesure socialement plus juste sera bien sûr la bienvenue, mais elle constitue aussi, comme la ristourne, un choix court-termiste dénoncé par les associations écologiques. Comme le souligne Greenpeace, « le bouclier tarifaire et la ristourne généralisée à la pompe vont à l’encontre des objectifs climatiques du pays et consistent finalement à encourager la consommation d’énergies fossiles. »

Car derrière la hausse des prix des carburants qui pèse lourdement sur le budget des Français, se trouve le plus vaste sujet des mobilités de demain. Comment nous déplacerons-nous, avec quels moyens, individuels ou collectifs comme le train que promeuvent les Régions, serons-nous prêts pour généraliser la voiture électrique aujourd’hui très onéreuse et ne disposant pas des infrastructures de recharge suffisantes ? Et comment accompagner les Français pour qu’aucun ne soit laissé sur le bord du chemin ?

À côté des réponses immédiates, la France doit conduire d’urgence ce grand débat de la transition énergétique car il nécessite non seulement des investissements colossaux – l’économiste Jean Pisani-Ferry évoque 70 milliards d’euros en 2030 – mais aussi une révolution de nos habitudes et de nos comportements qui sera très difficile.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 11 novembre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en