Accéder au contenu principal

Electrochoc

electricite

La France, historiquement exportatrice d’électricité grâce à ses centrales nucléaires - jadis fleuron industriel national - contrainte d’importer de l’électricité d’Allemagne et de procéder à des coupures d’électricité pour éviter un black-out général. Ce scénario humiliant pour la 6e puissance économique mondiale, jusqu’à présent inimaginable, est pourtant bien celui que le pays s’apprête à affronter dans les prochains mois.

Selon RTE, le gestionnaire du transport d’électricité, qui a révisé ses prévisions pour l’automne et l’hiver 2022-2023, il existe un risque « élevé » de tensions sur le réseau français en janvier prochain. Faute de disposer d’un parc nucléaire pleinement opérationnel en raison notamment du retard dans le calendrier de maintenance des réacteurs, les Français pourraient voir le signal Ecowatt passer au rouge, signe de possibles « délestages » temporaires et ciblés. Une perspective qui ne serait pas amoindrie par la baisse de la consommation des Français, qui ont, visiblement, déjà adopté une certaine sobriété.

Pour l’exécutif, ces possibles coupures constituent un véritable cauchemar et en tout cas un électrochoc. Si Elisabeth Borne et ses ministres, qui ont abordé le sujet lors de leur dernier séminaire gouvernemental, font tout pour « ne pas angoisser » les Français et les assurer que l’hiver va bien se passer, en coulisses, on se prépare au pire. Une cellule interministérielle de crise, dite d’anticipation, pilotée par le directeur de cabinet de la Première ministre et une préfète dédiée s’est installée dans les sous-sols du ministère de l’Intérieur il y a un mois et réunit deux fois par semaine tous les acteurs concernés pour préparer les modalités des délestages. Qui sera touché, qui ne le sera pas ? Les hôpitaux et les prisons seront préservés, mais quid des entreprises, des commerces, des gares et aéroports ? Un vrai casse-tête.

Un casse-tête qui ne sera sans doute rien face au défi énergétique qui attend Emmanuel Macron et son gouvernement. Sous le feu des oppositions qui critiquent le chef de l’État tantôt pour avoir signé l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim, tantôt pour en faire trop ou pas assez sur les énergies renouvelables ou le nucléaire, et qui raillent maintenant le Président qui serait contraint d’imposer la bougie aux Français en cas de coupures de courant, Emmanuel Macron doit, peu ou prou, réinventer un nouveau mix énergétique français. Un mix à même de répondre aux enjeux de la transition écologique : honorer les engagements de la France en termes de réduction des émissions de CO2 et en même temps s’assurer de disposer de suffisamment d’électricité pour répondre par exemple au bouleversement de l’arrêt des voitures thermiques.

Le Président, qui ne saurait être seul responsable de l’incurie qui frappe l’entretien des centrales nucléaires, a pris la mesure du dossier, acté en février la « renaissance du nucléaire » avec la mise en service de 25 GW de nouvelles capacités d’ici à 2050 et le déploiement de petits réacteurs modulaires, ou décidé du renforcement des énergies renouvelables, éoliennes en tête, domaine où la France accuse un sérieux retard. Reste à savoir si, face à l’urgence, ses projets de loi trouveront une majorité pour être votés…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 25 novembre 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en