Accéder au contenu principal

Dramatiser sans démoraliser

 

omicron

Ce lundi 27 décembre aurait pu être un jour de fête, en tout cas de célébration puisque hier, cela a fait un an que la campagne de vaccination contre le Covid-19 a commencé. Chacun se souvient de Mauricette, cette pimpante retraitée de 78 ans qui s’était dite « émue » devant les caméras en devenant la première personne en France à être vaccinée contre le coronavirus, à l’hôpital René-Muret de Sevran, en Seine-Saint-Denis. Entamée avec retard et une logistique qu’il a fallu faire monter en puissance avec les vaccinodromes, la campagne vaccinale française a depuis rattrapé bien des pays qui nous distançaient, notamment le Royaume-Uni ou les Etats-Unis. Un an après, plus de 52 millions de Français ont reçu une première dose, dont plus de 51 millions les deux doses, et la France compte plus de 21 millions de personnes vaccinées avec la dose de rappel.

Mais, las ! Hier l’heure n’était pas à la fête. L’exécutif, qui a un temps escompté le retour prochain de jours heureux entre perspective de fin de l’épidémie et reprise économique, a dû revoir ses plans face à la fulgurance du variant Omicron, véritable vague dans la vague du variant Delta qu’il va bientôt supplanter. La contagiosité d’Omicron est, en effet, telle qu’il pourrait en janvier paralyser le pays avec un nombre record de milliers de cas positifs et donc d’arrêts de travail.

Comment freiner ce variant et éviter que les hôpitaux – déjà en tension avec des personnels aussi admirables qu’épuisés – ne soient submergés tout en préservant l’activité économique ou l’éducation des enfants ? Comment endiguer la vague sans enfermer la société ? Comment trouver cet impossible chemin de crête entre les rassuristes et les alarmistes ? Comment dramatiser sans démoraliser ? C’est à la poursuite de cet « en même temps » qu’Emmanuel Macron et ses ministres ont travaillé hier lors d’un conseil de défense sanitaire puis d’un conseil des ministres extraordinaire : au premier de décider de nouvelles mesures restrictives en poussant le plus loin possible le curseur vers la ligne rouge du confinement ; au second d’acter la transformation très sensible du pass sanitaire en pass vaccinal – une « obligation vaccinale déguisée » selon Olivier Véran – via un projet de loi qui arrivera devant le Parlement en janvier avec des débats houleux.

Avec ces deux leviers, l’exécutif croit pouvoir franchir la 5e vague Delta et affronter la 6e vague Omicron en s’accrochant à l’espoir formulé la semaine dernière par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Nous avons les outils pour faire rendre gorge à la pandémie : si on les utilise correctement, nous avons le pouvoir d’y mettre fin en 2022 », estimait Maria Van Kerkhove, chargée de la lutte contre le Covid à l’OMS.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 28 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon