Accéder au contenu principal

Urgente transparence

cerveau

À la lecture de notre enquête et des témoignages ou des prises de position que nous publions dans nos colonnes aujourd’hui, que ce soient ceux des patientes atteintes de tumeurs cérébrales, ceux d’association d’aide aux malades ou ceux de médecins spécialistes, on reste saisi par une désagréable impression de déjà-vu. Un médicament largement prescrit, qui se révèle finalement plus dangereux que bénéfique et dont les patients qui le prennent, au pire ne sont pas informés des terribles effets secondaires, au mieux le sont avec des années de retard. Et on pense à ces scandales sanitaires récents du Mediator, du Lévothyrox, de la Dépakine, avec leurs cortèges de victimes et les longues batailles judiciaires face à des laboratoires qui restent dans le déni, droit dans leurs bottes à l’image de Jacques Servier. On pense aussi à celles et ceux qui ont permis, avec un courage et une force de caractère inouïs que la vérité sorte du brouillard et éclate en pleine lumière : le docteur Irène Frachon pour le Mediator, Marine Martin pour la Dépakine ; et à ceux qui les ont soutenues comme, à Toulouse, l’ancien député PS et médecin, Gérard Bapt, ou l’avocat Me Christophe Lèguevaques.

La Toulousaine Emmanuelle Choussy, qui a découvert après une IRM de contrôle qu’elle avait développé une tumeur au cerveau et qui nous livre son témoignage poignant, sera-t-elle de ces lanceuses d’alerte ? Le Lutényl – avec lequel elle a été traitée pendant dix-huit ans – et le Lutéran, ces deux progestatifs très utilisés par des femmes ayant des problèmes gynécologiques, s’ajouteront-ils à un nouveau scandale sanitaire en France ? Il est trop tôt pour le dire. Et même s’il y a des faisceaux d’indices graves et concordants, comme l’on dit en matière judiciaire, il convient de rester prudent, d’attendre les résultats de nouvelles études, de nouveaux examens, de nouvelles investigations menées par des experts indépendants ; et ce faisant d’observer un principe de précaution.

En attendant, cette nouvelle affaire montre combien les questions de bénéfices-risques et de transparence de l’information aux patients sont devenues cruciales et doivent être mieux prises en compte par la communauté médicale. Le temps des mandarins tout-puissants à la science infuse et prétendument infaillibles devant lesquels les patients devaient obéir est révolu depuis longtemps mais il persiste encore trop de poches de résistance, trop de mépris. De la même façon, le poids des lobbys pharmaceutiques sur la bonne marche des autorités de contrôle sanitaire – en France comme en Europe – qui s’est assorti parfois de pratiques corruptives ou de conflits d’intérêts patents, doit être urgemment freiné. Ensuite, les médecins eux-mêmes doivent sans doute être mieux accompagnés dans leurs prescriptions, mieux formés et informés sur l’évolution des connaissances sur les médicaments qu’ils administrent et les nouvelles molécules qui arrivent.

Enfin, et surtout, alors que les fake news en matière médicale explosent – on l’a vu avec la crise Covid sur les vaccins – il convient de renforcer la transparence dans l’information médicale donnée par les médecins à leurs patients. Seule cette transparence dans la chaîne médicale permet de maintenir une indispensable confiance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 13 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a