Accéder au contenu principal

Les alarmistes et les rassuristes

noel


Noël 2021 ressemblera-t-il à Noël 2020 ? À trois semaines des fêtes de fin d’année, les Français s’interrogent alors que la 5e vague de l’épidémie de Covid-19 avance de façon fulgurante avec près de 50 000 cas en 24 heures mercredi, que les hospitalisations sont en hausse et ont contraint certains hôpitaux à déclencher leur plan blanc, et que le variant Omicron – dont on ignore encore la contagiosité et la dangerosité – vient d’arriver en métropole. Autant d’éléments qui paraissent menacer les retrouvailles tant attendues et nous ramènent un an auparavant quand il fallait songer à séparer la famille. « On coupe la bûche en deux, papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger », osait même le président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, le docteur Rémi Salomon, déclenchant un tollé.

La situation est heureusement bien différente cette année car près de 75 % des Français sont vaccinés. Mais la bataille fait tout de même encore rage entre les alarmistes et les rassuristes. Pour les premiers, pas de doute, « Noël est en danger », car tous les indicateurs sont repartis à la hausse et qu’il reste encore trop de Français non vaccinés. De nouvelles mesures sanitaires – confinement ? couvre-feux ? – pour éviter la saturation des hôpitaux seront inéluctables si on ne réagit pas, prédisent ces Cassandre. Pas du tout disent les autres. « Noël n’est pas en danger si nous faisons tous attention » martèle ainsi le Pr Delfraissy, président du Conseil scientifique. Qui croire entre le père fouettard et le père Noël ?

Comme souvent depuis le début de l’épidémie, il faut faire preuve de mesure et, surtout, d’humilité. Combien de fois les prévisions les plus alarmistes ne se sont pas réalisées ? Et combien de fois aussi une nouvelle vague épidémique est arrivée alors qu’on pensait en avoir fini avec le coronavirus ? Une chose est en revanche sûre, si le virus circule c’est bien que nous le faisons circuler. Aussi pénibles soient-ils, il nous faut donc renouer avec les gestes barrière en diminuant sans doute le nombre de nos contacts, continuer à utiliser le pass sanitaire et poursuivre pas à pas la vaccination avec la 3e dose de rappel.

Telle est la trinité du gouvernement qui veut avancer sur un chemin de crête entre la fermeté des contrôles et l’incitation à se faire vacciner. Pas question de désespérer les uns ou de braquer les autres avec des couvre-feux, des confinements ou une obligation vaccinale dont l’idée gagne de plus en plus de terrain en Europe. À quatre mois de l’élection présidentielle, dont la campagne est déjà percutée par l’épidémie, Emmanuel Macron sait bien qu’il a tout à gagner d’une bonne gestion de l’épidémie qui ne cède ni aux alarmistes, ni aux rassuristes…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en