Accéder au contenu principal

Nouveau pari


vaccin

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les enfants ont constitué comme une énigme pour les scientifiques. La compréhension de leur rôle dans la transmission du coronavirus était particulièrement délicate, nombre d’études scientifiques semblant se contredire. Tantôt potentiels supercontaminateurs auprès de leurs proches dans le cercle familial ou scolaire, tantôt quasi-indifférents au Covid-19 ; tantôt ne développant que des formes bénignes de la maladie, tantôt subissant, comme certains adultes, des Covid longs éprouvants, les enfants face au coronavirus restaient un mystère.

Mais au fil des mois et des études scientifiques notre compréhension s’est affinée. Si les jeunes enfants apparaissent moins souvent malades et transmetteurs que les adolescents ou les adultes et si le pourcentage d’enfants infectés et à l’origine de transmission semble moins important que chez l’adulte, en cas de circulation très active du virus et donc d’un nombre de cas très élevé, ce faible pourcentage peut être à l’origine d’un nombre non négligeable de cas, selon la Société française de pédiatrie (SFP), qui compile toutes les études depuis mars 2020.

L’arrivée du variant Delta, très contagieux, confirme ainsi largement cette analyse avec une explosion actuelle des cas : le nombre de contaminations a augmenté de 34 % en sept jours chez les élèves et le taux d’incidence chez les 6-10 ans se rapproche désormais des 1 000 cas pour 100 000 à l’échelle nationale. Du jamais vu.

Étonnamment, ces chiffres alarmants n’inquiètent pas le ministre de l’Education nationale. « On ne peut pas dire qu’il y ait une explosion (de l’épidémie chez les enfants), le mot est trop fort, il y a un taux d’incidence qui est en train d’augmenter », affirmait hier contre l’évidence Jean-Michel Blanquer, qui estime que « ce qui a explosé, c’est le nombre de tests faits pour les enfants. » Derrière ce déni, qui exaspère les enseignants, se trouve la farouche volonté de l’exécutif de tenir l’objectif de ne surtout pas fermer les écoles. D’où le renoncement à fermer les classes dès le premier cas positif ou encore à avancer les vacances de Noël d’une semaine, au grand soulagement de certains parents.

Nul ne conteste les ravages provoqués par les confinements passés et les cours à distance sur le niveau des élèves et leur état psychologique. Les effets de l’école à la maison et les décrochages qui s’en sont suivis ont largement été documentés. Mais face à une cinquième vague redoutable devant laquelle les enfants sont les moins protégés, impossible de négliger la priorité sanitaire.

À l’instar d’autres pays, la France va ainsi entamer la vaccination de quelque 6 millions d’enfants de 5 à 11 ans. Une vaccination qui suscite légitimement de nombreuses questions chez les parents mais qui, aujourd’hui, apparaît inéluctable. Pour l’exécutif, un nouveau pari, celui de concilier en même temps les exigences sanitaires et éducatives.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 8 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e