Accéder au contenu principal

Nouveau pari


vaccin

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les enfants ont constitué comme une énigme pour les scientifiques. La compréhension de leur rôle dans la transmission du coronavirus était particulièrement délicate, nombre d’études scientifiques semblant se contredire. Tantôt potentiels supercontaminateurs auprès de leurs proches dans le cercle familial ou scolaire, tantôt quasi-indifférents au Covid-19 ; tantôt ne développant que des formes bénignes de la maladie, tantôt subissant, comme certains adultes, des Covid longs éprouvants, les enfants face au coronavirus restaient un mystère.

Mais au fil des mois et des études scientifiques notre compréhension s’est affinée. Si les jeunes enfants apparaissent moins souvent malades et transmetteurs que les adolescents ou les adultes et si le pourcentage d’enfants infectés et à l’origine de transmission semble moins important que chez l’adulte, en cas de circulation très active du virus et donc d’un nombre de cas très élevé, ce faible pourcentage peut être à l’origine d’un nombre non négligeable de cas, selon la Société française de pédiatrie (SFP), qui compile toutes les études depuis mars 2020.

L’arrivée du variant Delta, très contagieux, confirme ainsi largement cette analyse avec une explosion actuelle des cas : le nombre de contaminations a augmenté de 34 % en sept jours chez les élèves et le taux d’incidence chez les 6-10 ans se rapproche désormais des 1 000 cas pour 100 000 à l’échelle nationale. Du jamais vu.

Étonnamment, ces chiffres alarmants n’inquiètent pas le ministre de l’Education nationale. « On ne peut pas dire qu’il y ait une explosion (de l’épidémie chez les enfants), le mot est trop fort, il y a un taux d’incidence qui est en train d’augmenter », affirmait hier contre l’évidence Jean-Michel Blanquer, qui estime que « ce qui a explosé, c’est le nombre de tests faits pour les enfants. » Derrière ce déni, qui exaspère les enseignants, se trouve la farouche volonté de l’exécutif de tenir l’objectif de ne surtout pas fermer les écoles. D’où le renoncement à fermer les classes dès le premier cas positif ou encore à avancer les vacances de Noël d’une semaine, au grand soulagement de certains parents.

Nul ne conteste les ravages provoqués par les confinements passés et les cours à distance sur le niveau des élèves et leur état psychologique. Les effets de l’école à la maison et les décrochages qui s’en sont suivis ont largement été documentés. Mais face à une cinquième vague redoutable devant laquelle les enfants sont les moins protégés, impossible de négliger la priorité sanitaire.

À l’instar d’autres pays, la France va ainsi entamer la vaccination de quelque 6 millions d’enfants de 5 à 11 ans. Une vaccination qui suscite légitimement de nombreuses questions chez les parents mais qui, aujourd’hui, apparaît inéluctable. Pour l’exécutif, un nouveau pari, celui de concilier en même temps les exigences sanitaires et éducatives.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 8 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en