Accéder au contenu principal

Ancien monde, nouveau monde

 

banque

La faillite de Swoon, qui proposait un compte de paiement sur mobile et, en produit d’appel, un compte rémunéré à 3 % à partir de prêts aux PME, et qui laisse aujourd’hui sur le carreau quelque 500 clients, ou encore les clients de la néobanque allemande N26 qui ont vu leurs comptes bancaires fermés du jour au lendemain et attendent pour certains toujours la restitution de leur argent, sont deux affaires récentes bien différentes. Mais elles permettent de tirer deux leçons en ce qui concerne les fintech, ces start-up spécialisées dans la finance qui bousculent le secteur bancaire.

La première est que, comme pour n’importe quel produit financier, il convient de faire preuve de prudence, de fuir les promesses de rendements trop alléchants ou de services inclus gratuits mais vite limités, et de se renseigner sur le pedigree des sociétés à qui l’on va confier son argent. On ne compte plus le nombre de fintech arrivées sur le marché avec de belles vitrines… mais qui cachent des fondations très fragiles ou dont le business plan se révèle bancal. Les futurs clients – particuliers comme professionnels – doivent passer outre le matraquage marketing et se renseigner sérieusement auprès des comparateurs spécialisés, des forums internet dédiés ou des associations de défense des consommateurs avant franchir le pas.

La deuxième leçon est que ces affaires, qui donnent d’évidence une mauvaise image des néobanques, ne sauraient masquer leur incontestable succès bâti avant tout… sur les mauvaises pratiques des banques traditionnelles. Les frais exorbitants de tenue de compte, les conseillers bancaires difficilement joignables, le coût du moindre virement interbancaire, les dates de valeurs pour les chèques, les frais supplémentaires lorsque l’on est à l’étranger, etc. : tout cela a contribué à ce que de plus en plus de clients quittent leur banque ou ouvrent un autre compte dans une néobanque qui propose tous ces services gratuitement ou à prix serrés, le tout pilotable en temps réel sur son smartphone. Ciblant prioritairement les digital natives, ces jeunes qui ont toujours connu internet, les néobanques ont su trouver leur public en profitant notamment de la faiblesse de la numérisation des banques traditionnelles, devenant parfois de grands acteurs bancaires comme N26 ou Revolut.

L’émergence de ces fintech a poussé les banques traditionnelles à investir massivement dans le numérique pour rattraper leur retard et conserver leur clientèle, soit en développant des services identiques en interne soit en rachetant tout simplement des fintech. Boursorama banque est ainsi devenue la propriété de la Société générale, Eko by CA est celle du Crédit agricole, Nickel de BNP Paribas, etc. Toutes mettent en avant deux atouts qui leur permettent de s’assurer une meilleure fidélité de leurs clients que ceux, plus versatiles des néobanques. Le premier, ancien est la notoriété de leur maison mère et la confiance qu’elle inspire. Le second, plus récent et en plein essor depuis la pandémie de Covid-19, est le besoin des clients d’avoir des conseils sur le patrimoine, les investissements, etc.

Les banques traditionnelles n’ont pas dit leur dernier mot pour compter dans le monde d’après…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 23 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en