Accéder au contenu principal

Ancien monde, nouveau monde

 

banque

La faillite de Swoon, qui proposait un compte de paiement sur mobile et, en produit d’appel, un compte rémunéré à 3 % à partir de prêts aux PME, et qui laisse aujourd’hui sur le carreau quelque 500 clients, ou encore les clients de la néobanque allemande N26 qui ont vu leurs comptes bancaires fermés du jour au lendemain et attendent pour certains toujours la restitution de leur argent, sont deux affaires récentes bien différentes. Mais elles permettent de tirer deux leçons en ce qui concerne les fintech, ces start-up spécialisées dans la finance qui bousculent le secteur bancaire.

La première est que, comme pour n’importe quel produit financier, il convient de faire preuve de prudence, de fuir les promesses de rendements trop alléchants ou de services inclus gratuits mais vite limités, et de se renseigner sur le pedigree des sociétés à qui l’on va confier son argent. On ne compte plus le nombre de fintech arrivées sur le marché avec de belles vitrines… mais qui cachent des fondations très fragiles ou dont le business plan se révèle bancal. Les futurs clients – particuliers comme professionnels – doivent passer outre le matraquage marketing et se renseigner sérieusement auprès des comparateurs spécialisés, des forums internet dédiés ou des associations de défense des consommateurs avant franchir le pas.

La deuxième leçon est que ces affaires, qui donnent d’évidence une mauvaise image des néobanques, ne sauraient masquer leur incontestable succès bâti avant tout… sur les mauvaises pratiques des banques traditionnelles. Les frais exorbitants de tenue de compte, les conseillers bancaires difficilement joignables, le coût du moindre virement interbancaire, les dates de valeurs pour les chèques, les frais supplémentaires lorsque l’on est à l’étranger, etc. : tout cela a contribué à ce que de plus en plus de clients quittent leur banque ou ouvrent un autre compte dans une néobanque qui propose tous ces services gratuitement ou à prix serrés, le tout pilotable en temps réel sur son smartphone. Ciblant prioritairement les digital natives, ces jeunes qui ont toujours connu internet, les néobanques ont su trouver leur public en profitant notamment de la faiblesse de la numérisation des banques traditionnelles, devenant parfois de grands acteurs bancaires comme N26 ou Revolut.

L’émergence de ces fintech a poussé les banques traditionnelles à investir massivement dans le numérique pour rattraper leur retard et conserver leur clientèle, soit en développant des services identiques en interne soit en rachetant tout simplement des fintech. Boursorama banque est ainsi devenue la propriété de la Société générale, Eko by CA est celle du Crédit agricole, Nickel de BNP Paribas, etc. Toutes mettent en avant deux atouts qui leur permettent de s’assurer une meilleure fidélité de leurs clients que ceux, plus versatiles des néobanques. Le premier, ancien est la notoriété de leur maison mère et la confiance qu’elle inspire. Le second, plus récent et en plein essor depuis la pandémie de Covid-19, est le besoin des clients d’avoir des conseils sur le patrimoine, les investissements, etc.

Les banques traditionnelles n’ont pas dit leur dernier mot pour compter dans le monde d’après…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 23 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à