Accéder au contenu principal

Le jeu de l'amour et du hasard

 

amour

Sorti en 2013, le film « Her » (Elle) de Spike Jonze, romance de science-fiction se déroulant en 2025, préfigurait-il le devenir des applications de rencontre ? L’histoire est celle d’un écrivain public divorcé, incarné par Joaquin Phoenix, qui installe sur son smartphone une intelligence artificielle, baptisée Samantha, qui va tellement coller aux attentes de son propriétaire qu’il finit par en tomber amoureux à la grande inquiétude de ses amis. Le héros, qui pensait ainsi s’éviter la souffrance qui peut naître d’une relation avec une personne humaine, ne se rendra compte que bien plus tard de la réalité froide et mercantile qui se cache derrière l’avatar numérique si parfait.

Nous n’en sommes pas encore là mais force est de constater que depuis la mise en ligne, il y a bientôt vingt ans, de la première version du site de rencontres Meetic, la recherche d’une relation affective – ou sexuelle ne soyons pas naïf – est de plus en plus soumise à des algorithmes.

La personnalité des utilisateurs et utilisatrices et/ou leurs désirs les plus intimes sont ainsi passés au tamis informatique afin de remplir la promesse ultime de faire correspondre – matcher – deux profils aux caractéristiques plus que compatibles, similaires. L’ingéniosité des applications consistant à donner l’illusion du contrôle à celui ou celle qui, de clic en swipe, reste finalement enfermé, comme sur les réseaux sociaux, dans une bulle de filtre où le hasard n’a évidemment plus guère sa place.

La majorité des utilisateurs – et notamment les plus jeunes de la génération Z – ne sont dupes de rien et ont heureusement conscience de ces limites, savent les surmonter et en jouer pour redonner aux rencontres un marivaudage numérique que n’aurait pas renié Marivaux et dans lequel les femmes se retrouvent, aujourd’hui, sur un pied d’égalité avec les hommes. 

Dans le paysage hyperconcurrentiel des applications de rencontres qui ciblent de plus en plus des créneaux spécifiques de la population (les jeunes, les seniors, etc.), la pandémie de Covid-19 a parachevé cette numérisation des relations. Confinements et couvre-feux ont d’ailleurs eu deux conséquences mesurées par l’Ifop. D’une part, une recherche de sérieux : les applications de rencontre ont été davantage activées dans l’optique d’une relation sérieuse (62 %) que pour une relation d’un soir (56 %). Et d’autre part une virtualisation plus poussée des relations. La plus forte tendance de l’étude de l’Ifop montre « l’explosion du nombre d’individus admettant avoir recherché sur ces plateformes une personne avec qui flirter en ligne mais sans chercher à se rencontrer en vrai » mais aussi l’explosion des rapports sexuels virtuels, qui ont été multipliés par cinq sur les six dernières années. Qu’en sera-t-il lorsque le Metavers, l’univers virtuel de Facebook sera en place ? « Her » était décidément bien visionnaire…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 26 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à