Accéder au contenu principal

Nouvelles frontières, nouveaux fronts

ceres

En mars 2003, l’inquiétude avait gagné le plateau du Larzac où se construisait le viaduc de Millau. Le déclenchement de la guerre en Irak laissait craindre que l’armée américaine ne décide de dégrader le signal du célèbre système GPS qui lui appartient pour empêcher les Irakiens de l’utiliser. Problème : le signal GPS était alors utilisé pour faire avancer très précisément l’une vers l’autre les deux parties du tablier du pont multi-haubané le plus haut du monde. Il n’en a finalement rien été et la construction du viaduc a pu se poursuivre normalement. Cet épisode anecdotique montrait déjà combien, en n’étant pas maître de ses outils, l’on peut être soudainement vulnérable. Cette règle, dans le domaine spatial, n’a cessé depuis de se vérifier alors que l’espace est devenu un lieu de potentiels conflits civils mais aussi militaires.

Le New Space, ce nouvel espace où se bousculent agences spatiales américaines, russes, chinoises, européennes, indiennes ou japonaises, et depuis quelques années des sociétés privées comme Space X d’Elon Musk ou Blue Origin de Jeff Bezos, n’est pas encore devenu un Far west, mais il s’éloigne de plus en plus de l’esprit du Traité de l’espace signé en 1967 et qui garantissait que l’espace reste un endroit pacifique, un bien commun au service de la science, où l’intérêt général de l’Humanité prévaut sur les intérêts privés.

Ce Traité, toujours en vigueur, devient de plus en plus incompatible avec ses objectifs initiaux au fur et à mesure qu’il est bousculé par les ambitions de sociétés privées et d’Etats. Ainsi, d’un côté, on voit les entreprises du New space investir l’espace, aujourd’hui pour installer des constellations de nano-satellites de télécommunication, demain pour l’exploration puis l’exploitation des ressources spatiales, notamment sur la Lune. Avec parfois la bénédiction des Etats : en 2015, Barack Obama a signé le Space Act, une loi américaine qui autorise les entreprises des Etats-Unis à s’emparer des ressources de l’espace… De l’autre côté on voit des Etats importer dans l’espace des différends géopolitiques, stratégiques et militaires et se donner les moyens de mener une nouvelle guerre des étoiles bien plus dangereuse que celle des années Reagan. Au point que l’Otan a fait de l’espace en 2019 le 5e domaine d’affrontement, au même titre que la terre, la mer, les airs et le cyberespace.

Face à ces nouvelles frontières, ces nouveaux fronts, l’Europe a intérêt à agir, que ce soit dans le domaine civil ou militaire pour porter sa vision, défendre ses intérêts et acquérir une souveraineté plus que jamais indispensable.

Le Commandement de l’espace créé à Toulouse après la tentative d’espionnage d’un satellite franco-italien par un satellite militaire russe en 2017, la loi de programmation militaire qui prévoit des investissements massifs dans du matériel dernier cri permettent de préparer, de sécuriser même notre avenir tant nos activités sur Terre sont dépendantes de ce qui se passe dans l’espace. De l’autre côté, face à l’innovation portée par les sociétés américaines du New Space, l’Europe et donc la France doivent permettre l’émergence de nouveaux champions et soutenir les acteurs historiques comme Ariane.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 17 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e