Accéder au contenu principal

Jamais plus jamais ?

 

confinement

Après bientôt deux années d’épidémie, le Covid-19 nous aura appris une chose : il ne faut jamais dire jamais. Car cette pandémie insaisissable est, d’évidence, toujours prête à rebondir avec un nouveau variant alors qu’on pensait en avoir fini. Le Covid-19 épuise les scientifiques qui apprennent chaque jour un peu plus comment fonctionnent le coronavirus et ses mutations, fatigue les soignants qui font dignement et courageusement face à la 5e vague Delta et la 6e vague Omicron qui arrive, et exaspère chacun d’entre nous, professionnels ou particuliers, qui rêvons de retrouver, sinon la vie d’avant, du moins une vie plus normale où les relations sociales ne seraient pas conditionnées par une multitude de contraintes, nécessaires mais exténuantes, où la vie sociale, culturelle, économique ne se déroulerait pas sous une chappe de restrictions entre gestes barrière et pass sanitaire.

Après le premier confinement du 17 mars au 11 mai 2020, chacun s’accordait à dire – et le gouvernement au premier chef – plus jamais ça ! Et pourtant cette épidémie de Covid nous a contraints à organiser un deuxième confinement du 30 octobre au 15 décembre 2020. Plus jamais ça redisions-nous alors encore. Las ! Un troisième confinement, certes moins strict que le premier, a dû être décidé du 3 avril au 3 mai 2021. Plus jamais ça martelions-nous encore une fois…

Face au variant Omicron dont la progression fulgurante effraie le monde, allons-nous renouer avec un nouveau confinement ? La question est dans toutes les têtes. Pour l’heure aucun pays touché par Omicron ne se résout à l’extrémité d’un confinement généralisé, total, strict, car si le principe du confinement a bien prouvé son efficacité sanitaire, il s’accompagne aussi de terribles et lourdes conséquences socio-économiques et psychologiques sur les populations.

Alors face à la multiplication des cas dus à Omicron – un doublement tous les 1,5 à 3 jours selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) – chaque pays pioche dans la palette des restrictions déjà éprouvées : ici un confinement limité pour les fêtes ou localisé sur un territoire très impacté, là un couvre-feu, ailleurs un pass sanitaire élargi à de plus en plus de lieux voire au travail, plus loin des fermetures de frontières aux pays les plus à risques, etc. Et partout la volonté d’accélérer la vaccination, la meilleure arme contre le virus, celle qui pourrait permettre d’en finir avec l’épidémie l’année prochaine si, comme le dit l’OMS, 70 % de la population de chaque pays est vaccinée d’ici à mi-2022… Le bout du tunnel semble encore loin, incertain même, mais il existe et constitue cet espoir qui, depuis deux ans, fait tenir l’Humanité qui ne veut pas renoncer. Jamais.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 22 décembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à